Fi­dèle aux riffs

Rock & Folk - - Qualité France -

La plu­part des groupes se forment au­tour d’un projet com­mun mais, de­puis quelques an­nées, on voit mon­ter au cré­neau des for­ma­tions à géo­mé­trie va­riable, nées de la vo­lon­té d’un homme-or­chestre qui n’hé­site pas à se trans­for­mer en chef d’or­chestre pour les be­soins Ze­bra (de Rennes) na­vigue dans le mi­lieu mu­si­cal et se cherche de­puis presque vingt ans : ex-bas­siste de Billy Ze Kick, puis chan­teur de di­vers groupes avant de de­ve­nir DJ et ani­ma­teur de ra­dio, Ze­bra mul­ti­plie les es­sais sous son propre nom de­puis 2009 mais sans ja­mais at­teindre le ni­veau de son nou­vel EP fran­co­phone, où l’on trouve de la chan­son rock ten­dance swing cui­vré, une hon­nête re­prise de “So­meone To Love” des Ri­ta Mit­sou­ko, et sur­tout un mor­ceau in­tri­gant, pé­ta­ra­dant et syn­co­pé (“Peau De Zèbre”) qui pro­pulse cet es­sai no­va­teur (“PeauDeZèbre”, Ze­bra­mix ✆ 02.41.88.19.82). Ve­nu des en­vi­rons de Tou­louse, Mo­zer­milk dé­fi­nit son style comme de l’ex­pé­ri­men­tal post punk, ce qui ne se vé­ri­fie que par­tiel­le­ment à l’écoute de son pre­mier al­bum : le par­ti pris ex­pé­ri­men­tal est évident, d’abord au ni­veau de la for­mule choi­sie (un duo avec une chan­teuse/ bas­siste et un gui­ta­riste/ homme ma­chines) mais sur­tout en ce qui concerne les com­po­si­tions an­glo­phones qui pri­vi­lé­gient les er­rances ponc­tuées de sou­bre­sauts so­niques au dé­tri­ment de la re­cherche mé­lo­dique, d’où une di­men­sion post-rock dé­struc­tu­ré bien éloi­gnée de toute ré­fé­rence punk (“Earth­lyEcs­ta­sy”,Mo­zer­milk

✆ 06.81.73.09.90). Dé­jà re­pé­ré dans nos co­lonnes à l’oc­ca­sion de son pre­mier es­sai (en 2011), Fran­ckie IV Fin­gers pour­suit ici son of­fen­sive hea­vy. Le qua­tuor des en­vi­rons de Mont­pel­lier, en piste de­puis cinq ans, reste fi­dèle aux riffs de gui­tares qui écrasent tout sur leur pas­sage, aux ryth­miques im­pla­cables et à un chant (an­glo­phone) en­flam­mé et vi­ru­lent. Il main­tient sur ce nou­vel al­bum le culte d’un gros son dans un état d’es­prit qui doit au­tant au sto­ner rock qu’au hard des se­ven­ties (“VolII”, Fran­ckieIVFin­gers ✆ 06.59.51.86.18). Ha­bi­tuel­le­ment, cette ru­brique ne chro­nique pas de com­pi­la­tion mais “1966 - Back In The South Of Now­here” consti­tue­ra une ex­cep­tion. Le bé­né­fice des ventes est re­ver­sé à une as­so­cia­tion d’aide aux en­fants hos­pi­ta­li­sés, le pa­cka­ging est très bien réa­li­sé et le projet de l’as­so­cia­tion (mar­seillaise) sort de l’or­di­naire : réunir douze groupes néo-six­ties en leur de­man­dant une créa­tion sur l’an­née 1966. Im­mer­sion ga­ran­tie dans un uni­vers ga­rage-pop-psy­ché avec, en tête de proue, Dan Im­pos­ter et sa voix dé­ta­chée sur fond de Bo Didd­ley beat, ou Les Play­boys, im­pec­cable quin­tette ni­çois en ac­ti­vi­té de­puis 1979 (“1966Ba­ckInT­heSou­thOfNow­here”, AveT­heSound ✆ 07.82.02.25.25).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.