Pe­ter Ga­briel

“BACK TO FRONT”

Rock & Folk - - Dvd Musique -

Eagle

On ou­blie par­fois des choses (il ar­rive alors que les disques durs nous sauvent alors la mise...) mais on se sou­vient très bien de cette conver­sa­tion à Londres, il y a pi­le­poil dix ans, avec Pe­ter Ga­briel. A l’oc­ca­sion de la pa­ru­tion d’une com­pi­la­tion DVD aux pe­tits oi­gnons, le fool­deSols­bu­ryHill avait évo­qué les évo­lu­tions tech­no­lo­giques qui com­men­çaient à per­mettre, entre autres, de re­don­ner vie (avec un peu d’aide du pro­duc­teur Da­niel La­nois tout de même) à son fonds de ca­ta­logue en images. L’ange chauve avait aus­si par­lé de sa concep­tion du son (as­sez proche de celle de Lou Reed, très ba­vard, à l’époque, sur le su­jet), de l’uti­li­sa­tion de vieux ma­gné­to­phones pour “re­trou­verl’es­prit”, et de la sus­pi­cion qu’ins­pi­raient dé­jà cer­tains lo­gi­ciels so­phis­ti­qués. Il avait in­sis­té sur le 5.1 qui, se­lon lui, loin d’être un ar­ti­fice, of­frait la pos­si­bi­li­té de don­ner une nouvelle di­men­sion aux chan­sons lors­qu’on pre­nait la peine d’en ex­ploi­ter tout le po­ten­tiel au mo­ment du mixage. Tou­jours me­su­ré, Pe­ter Ga­briel avait tou­te­fois pré­ci­sé que les pro­cé­dés de res­tau­ra­tion du son et la pos­si­bi­li­té de “re­vi­go­rer” de vieux en­re­gis­tre­ments ne sau­ve­raient cer­tai­ne­ment pas l’industrie du disque. Il avait vu as­sez juste. Près de ses sen­sa­tions et ja­mais loin de l’hu­main, le bonze chan­tant avait aus­si rap­pe­lé qu’à son goût, la voi­ture res­tait l’en­droit idéal pour écou­ter de la mu­sique, et qu’on ne pou­vait pas en vou­loir aux gens de confec­tion­ner leurs propres com­pi­la­tions (à base de titres té­lé­char­gés illé­ga­le­ment le plus sou­vent), les la­bels ne leur pro­po­sant, de­puis belle lu­rette (ça ne s’est pas ar­ran­gé...), que trois ou quatre chan­sons po­tables par al­bum trop cher. En fin d’in­ter­view, il avait croi­sé les doigts en es­pé­rant qu’In­ter­net ne fi­nisse pas par do­mi­ner l’homme en de­vi­nant ses pré­dis­po­si­tions avant lui, en “pen­san­tà­sa­place”... Là non plus, il n’avait pas com­plè­te­ment faux. Alors for­cé­ment, lors­qu’un ar­tiste doué de cette sorte d’in­tel­li­gence sa­cri­fie aux cé­lé­bra­tions et sem­pi­ter­nelles ré­édi­tions qui les ac­com­pagnent, on sait que, per­sua­dé qu’au moins une par­tie de son pu­blic re­mar­que­ra et se­ra sen­sible aux ef­forts dé­ployés, il co­gite for­cé­ment un pa­quet d’heures. En 2012, pour fê­ter les vingt-cinq ans de “So” (vingt­six en réa­li­té puisque le disque est pa­ru en 1986), Pe­ter Ga­briel et Real World ont éla­bo­ré un cof­fret im­mer­sif (comme ceux de Pink Floyd dont le ré­cent “Di­vi­sion Bell”) de toute beau­té. Une splen­deur qua­si im­ma­cu­lée conte­nant l’al­bum ori­gi­nal re­mas­te­ri­sé, un ma­king of au­dio unique en son genre (“So DNA”), un double CD live du concert de 1987 à Athènes, un DVD du même show, et ce­lui de la sé­rie Clas­sicAl­bums consa­cré à “So”, le tout in­sé­ré dans un livre de soixante pages, fas­tueu­se­ment illustré, au for­mat 33 tours. En sus, on trou­vait dans le cof­fret l’al­bum vi­nyle (180 grammes et avec le tra­ck­lis­ting tel qu’éta­bli, à l’ori­gine, par Ga­briel) et un se­cond 33 tours de titres inédits. La même an­née, bien dé­ci­dé à mar­quer le coup, Pe­ter a re­pris la route pour re­jouer, ac­com­pa­gné par le groupe de l’en­re­gis­tre­ment (Ma­nu Kat­ché à la bat­te­rie, To­ny Le­vin à la basse...), l’in­té­gra­li­té de “So”, étof­fé de quelques tubes (“Shock The Mon­key”, “Bi­ko”) pour faire très bonne me­sure. C’est la tour­née, in­ti­tu­lée Ba­ckToF­ront, que Eagle cé­lèbre à son tour en com­mer­cia­li­sant ce cof­fret Blu-ray/ CD, autre ob­jet col­lec­tor plu­tôt in­con­tour­nable pour tous les ama­teurs de “So” et de son ins­ti­ga­teur. Dans un livre à couverture ri­gide — “Back To Front” est bien sûr dis­po­nible sur des sup­ports plus conven­tion­nels et moins oné­reux — ont été glis­sées quatre ron­delles ar­gen­tées qui ras­semblent plus de six heures et de­mie d’images et de son des concerts d’oc­tobre 2013 à l’O2 de Londres fil­més par Ha­mish Ha­mil­ton (U2, Emi­nem, les Rol­ling Stones, les Who...). Le show dans sa to­ta­li­té, cap­té en ul­tra haute dé­fi­ni­tion (4K et donc vi­sion­nable, dans des condi­tions op­ti­males, sur un té­lé­vi­seur der­nier cri qui sup­porte ce for­mat) est pro­po­sé sur le pre­mier Blu-ray, tan­dis que le se­cond contient un mon­tage ci­né­ma (avec des in­ter­views). Les CD 1 et 2 sont na­tu­rel­le­ment consa­crés à la ver­sion au­dio du concert (vingt et un titres en tout). No­ter que le pre­mier Blu-ray com­porte quelques com­plé­ments de pro­gramme et no­tam­ment “Back To Front – The Vi­sual Ap­proach”, un do­cu­men­taire épa­tant sur la créa­tion du spec­tacle étayé de pro­pos de Pe­ter Ga­briel pas moins in­té­res­sants que ceux rap­por­tés plus haut. A l’ap­proche de la se­conde moi­tié de la deuxième dé­cen­nie du nou­veau siècle, il sem­ble­rait que cer­tains la­bels aient com­pris que la lutte contre la dé­ma­té­ria­li­sa­tion des fonds de ca­ta­logues en pas­sait par la pro­po­si­tion de beaux ob­jets per­met­tant de se re­plon­ger dans les oeuvres du pas­sé de ma­nière jouis­sive. Certes, comme le di­sait Pe­ter Ga­briel en 2004, ce culte du sup­port luxueux (et pas for­cé­ment très cher — on est loin ici du scan­da­leux ta­rif im­po­sé par Apple et Uni­ver­sal pour le cof­fret vi­nyle mo­no des Beatles à ve­nir...), même s’il a de nom­breux adeptes, n’in­ver­se­ra pas la ten­dance et ne sau­ve­ra pas l’industrie du disque et du DVD old school, vouée à dis­pa­raître. Il rap­pelle sim­ple­ment que si on ne se fout pas de la gueule du client mé­lo­mane (ce qu’a fait cette même industrie entre le lan­ce­ment du CD et le té­lé­char­ge­ment illé­gal ra­va­geur), ce der­nier reste prêt à dé­pen­ser une somme, qu’il es­time juste, pour un pro­duit de qua­li­té comme ce cof­fret “Back To Front”. Trop con qu’il ait fal­lu at­tendre vingt-huit ans (l’âge exact de “So”) pour que le bu­si­ness pige ça.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.