Al­lah-las

“WOR­SHIP THE SUN”

Rock & Folk - - Disque Du Mois - INNOVATIVELEISURE/BE­CAUSE

Beach Boys, Byrds, Love, Den­nis Wil­son, Har­ry Nils­son, Jack Nitzsche, Neil Young, The As­so­cia­tion, Fleet­wood Mac, Curt Boett­cher... Les gens sen­sibles le savent bien : Los An­geles n’a pas hé­ber­gé que des ska­teurs en pan­ta­courts ou des me­tal­leux avides de sexe et de laque. L’âme de la ville est mé­lan­co­lique. Elle est dans le fog, les soi­rées dé­ca­dentes de Lau­rel Ca­nyon, l’ho­ri­zon­ta­li­té fas­ci­nante, l’ar­chi­tec­ture mexi­ca­no-bor­dé­lique, le Pa­ci­ficO­cean­blues et toutes les fan­tas­ma­go­ries évo­quées par les ar­tistes ci­tés ci-des­sus. Pas un ha­sard si une ri­bam­belle de bons groupes ont émer­gé de l’un­der­ground ca­li­for­nien ces ré­centes an­nées. Réunis de­puis 2008, les Al­lah-Las sont pro­ba­ble­ment les quatre bran­leurs les plus at­ta­chants de la ré­gion. Des types qui au­raient pu conti­nuer de ta­qui­ner la vague ou rê­vas­ser sur le sable mais qui ont dé­ci­dé de se mettre au bou­lot pour bou­cler voi­ci deux ans un ra­vis­sant pre­mier al­bum. Du ga­rage rock, mais tein­té de tris­tesse, car conçu par un groupe dont tous les membres tra­ver­saient alors une rup­ture sen­ti­men­tale dou­lou­reuse. Miles Mi­chaud et ses trois amis ont choi­si leur mo­ment pour re­ve­nir. Un été dé­cli­nant pro­pice à ces nou­velles chan­sons. L’hu­meur y est si­mi­laire, et les Al­lah-Las sont res­tés quoi qu’on en dise des gar­çons aux goûts ré­so­lu­ment clas­siques. Ou­verts à tous les styles dans la vie, mais n’uti­li­sant dans les faits que du matériel très six­ties. Nick Wa­te­rhouse, à nou­veau pré­sent à la pro­duc­tion, ne fait qu’ac­cen­tuer ce pli. Le dé­bat sur le conser­va­tisme éven­tuel de ce genre de groupe de­vient d’ailleurs ca­duque dès l’in­tro­duc­tion : “De Vi­da Voz”, amorce on ne peut plus élé­gante et dé­li­cate, avec choeurs, gui­tares et ma­ra­cas. Mixée qua­si­ment sans bat­te­rie, comme un mor­ceau de “Fo­re­ver Changes”. Dès “Had It All”, l’arme secrète des Al­lah-Las fait son en­trée : la gui­tare 12-cordes ! En l’oc­cur­rence une vieille Murph Squire dont Pe­drum Sia­da­tian se sert avec agi­li­té et beau­coup de re­verb. On maî­trise ici un art de la chan­son simple, et donc beau­coup plus com­pli­qué à réa­li­ser qu’il n’y pa­raît. Avec une pa­lette d’ac­cords ré­duite mais beau­coup de coeur, les 14 titres touchent tous au but. Du rock’n’roll au coeur bri­sé, sen­ti­men­tal et idéa­liste, mais ja­mais dou­ce­reux. In­tem­po­rel. De temps à autre, les Ca­li­for­niens s’énervent un brin, sortent la fuzz au ger­ma­nium ou ac­cé­lèrent un tan­ti­net le tem­po : “501-415”, “Fol­low You Down” ou l’ins­tru­men­tal “No We­re­wolf”, en réa­li­té re­pris aux Fran­tics. La chan­son-titre est la plus contem­pla­tive et rê­veuse du lot, elle ar­rive après un autre mor­ceau sans pa­roles, “Ye­me­ni Jade” où tin­tin­na­bule un vi­bra­phone raf­fi­né. “Bet­ter Than Mine”, en­le­vée et pleine de slide, prouve que nos hé­ros du jour savent aus­si rendre hom­mage aux Byrds de l’époque coun­try. Cu­rieu­se­ment, le mor­ceau le plus éner­gique, “Eve­ry Girl”, est pla­cé en toute fin d’al­bum, nous ex­tir­pant d’une rê­ve­rie où l’en­vie nous pren­drait presque de vivre en es­pa­drilles et de faire du feu sur la plage. C’est dire si ces Al­lah-Las ont du ta­lent.

✪✪✪✪

BA­SILE FAR­KAS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.