Leo­nard Co­hen

Rock & Folk - - Disques Classic Rock - “Po­pu­lar Pro­blems”

SO­NY Rob Strin­ger, le pa­tron de Columbia, un ex-fan de punk rock qui consi­dère que l’ave­nir po­ten­tiel de l’industrie du disque passe par les émis­sions de té­lé­cro­chet (mé­fiance donc), est dé­ci­dé­ment un sa­cré ri­go­lo. Se­lon lui, avec ce trei­zième al­bum stu­dio de­puis 1967, Leo­nard Co­hen au­rait “une nou­vel­le­fois,re­pous­sé­les­li­mites”. Sin­cè­re­ment, le seul truc qui a été re­pous­sé, c’est le vo­lume de l’ins­tru­men­ta­tion der­rière la voix de Co­hen, qui n’a ja­mais re­cou­vert quoi que ce soit, mais qui de­puis “Ten New Songs” en 2001 fri­cote tel­le­ment avec les in­fra­basses que bien­tôt, seules les ba­leines l’en­ten­dront. Ici, de ré­vo­lu­tion, il n’y a point. Pro­duites au ras des pâ­que­rettes par Pat Leo­nard, tâ­che­ron cé­lèbre pour sa conni­vence avec Ma­don­na, les neuf chan­sons pro­po­sées ici per­mettent sur­tout de vé­ri­fier que Co­hen, à quatre-vingts ans, dé­crit tou­jours aus­si bien les pe­tites mi­sères. Der­rière sa voix qui dé­bite, dans le souffle rauque, des vers as­sez maus­sades — il pousse un peu plus sur “Did I Ever Love You”, mais sonne comme Tom Waits — heu­reu­se­ment éclai­rés de jo­lis coeurs (“Slow”), l’ar­ran­ge­ment est fru­gal (ces cuivres, dans “Al­most Like The Blues”, c’est du syn­thé ?). Somme toute, ce­la convient bien à la si­tua­tion. “Po­pu­lar Pro­blems”, que Leo­nard Co­hen n’en­tend pas dé­fendre sur scène dans l’im­mé­diat (au moins, il a pré­ve­nu) s’ins­crit dans la lo­gique d’un vieux gri­gou qui fait exac­te­ment ce que ses ama­teurs at­tendent de lui, et joue cartes sur table. On se sou­vient que son re­tour en live de 2008, qui de son propre aveu était sur­tout des­ti­né à le ren­flouer, avait été pris pour un mi­racle par ses fans. Si ça se trouve, il en ri­gole en­core. JE­ROME SO­LI­GNY

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.