Oa­sis

Rock & Folk - - Rééditions -

“(WHAT’S THE STO­RY) MOR­NING GLO­RY ?”

Big Bro­ther Re­cor­dings C’est l’al­bum de l’ex­plo­sion mon­diale. Sor­ti en 1995, “(What’s The Sto­ry) Mor­ning Glo­ry ?” en­fon­çait le clou, un an seu­le­ment après “De­fi­ni­te­ly Maybe”. Noel Gal­la­gher sem­blait écrire des tubes à chaque fois qu’il al­lait pis­ser. Liam chan­tait mieux en­core, les gui­tares étaient en­core plus grosses. Mais alors se des­si­nait plus pré­ci­sé­ment un pro­blème dé­jà es­quis­sé sur le pre­mier al­bum : chaque nou­veau mor­ceau du groupe don­nait l’im­pres­sion de son­ner comme une chan­son qu’on connais­sait dé­jà mais qu’on se­rait in­ca­pable de ci­ter. C’est que le song­wri­ting de Gal­la­gher était d’une fac­ture tel­le­ment clas­sique, pour ne pas dire ba­nale (si l’on com­pare à d’autres com­po­si­teurs de l’époque comme Neil Han­non, Da­mon Al­barn ou Jar­vis Co­cker, net­te­ment plus ori­gi­naux et aven­tu­reux) que, mal­gré toute leur ef­fi­ca­ci­té, des chan­sons comme “Don’t Look Back In Anger”, “Won­der­wall”, “Some Might Say”, “Roll With It” ou “Cast No Sha­dow” n’ont ja­mais im­pres­sion­né per­sonne en de­hors d’ado­les­cents bour­rés à la bière ou de fans de foot­ball. L’écri­ture de Noel, tel­le­ment pré­vi­sible, tel­le­ment ba­li­sée, était faite pour conqué­rir le monde en­tier et faire va­ciller les stades, mais cer­tai­ne­ment pas pour ri­va­li­ser avec McCart­ney, Ray Da­vies, Pete Town­shend ou même Paul Wel­ler, tous beau­coup plus sub­tils et am­bi­tieux. Reste donc un ins­tan­ta­né de la brit­pop, un al­bum agréable, bien­fait comme on dit, dont on connaît les mor­ceaux par coeur, et qui ra­vi­ra les nos­tal­giques dans cette belle ver­sion réunis­sant les bo­nus clas­siques (“Aquiesce”, “Talk To­night”, “The Mas­ter Plan”, ou les re­prises de “Cum On Feel The Noize”, “You’ve Got To Hide Your Love Away”, etc) et de nom­breux live inédits.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.