La Ma­riée San­glante Ar­tus Films

Rock & Folk - - Dvd Cinéma -

Vicente Aran­da est un ci­néaste es­pa­gnol mé­con­nu puisque seuls trois de ses films sont sor­tis en France sur la tren­taine réa­li­sée entre 1965 et 2009. Dont la plu­part sont de su­perbes por­traits de femmes. Femmes guer­rières (“El Lute 1” et “2”), femmes maî­tresses (“La Pa­sión Tur­ca”, “El Amante Bi­lingue”) ou femmes ven­ge­resses (“A Coups De Crosse”). Et sur­tout femme schi­zo avec son film d’hor­reur psy­cho­lo­gi­co/ gore “La Ma­riée San­glante”. Consi­dé­ré par Vic­to­ria Abril comme étant son “deuxième père” (elle a tour­né beau­coup de films avec lui dès son plus jeune âge) très an­cré à gauche toute — in­utile de dire qu’il ne por­tait pas le gé­né­ral Fran­co dans son coeur — Aran­da ré­in­ter­prète et mo­der­nise “Car­mil­la”, le cé­lèbre ro­man pro-sa­phique de She­ri­dan Le Fa­nu. Mais en moins fron­ta­le­ment fan­tas­tique que les adap­ta­tions go­thiques de la Ham­mer film (“Lust For A Vam­pire” et “Vam­pire Lo­vers”). Une jeune ma­riée fait donc face à sa nouvelle vie avant de tom­ber sous le joug d’une femme mys­té­rieuse (ma­gni­fique Alexandra Bas­te­do, dé­cé­dée en jan­vier der­nier), sorte de mante re­li­gieuse/ vam­pire/ fan­tôme/ les­bienne qui l’in­cite à se dé­bar­ras­ser de son homme. Voire des hommes en gé­né­ral... Truf­fé de pa­ra­boles poé­tiques, mor­bides et sexuelles (perte de vir­gi­ni­té, viol, ma­chisme), “La Ma­riée San­glante” s’en­fonce éga­le­ment avec tact et fan­tasme dans les dé­lires din­gos de la psy­ché fé­mi­nine. A croire que sous sa peau d’homme, Vicente Aren­da (88 ans cette an­née) se­rait en fait une femme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.