Joe Wild Side

Rock & Folk - - Dvd Cinéma -

Ca­bot sym­pa ou ac­teur de gé­nie ? On n’a ja­mais trop su avec Ni­co­las Cage... Star du ci­né/ tes­to­sté­rone des an­nées 90 (“Rock”, “Les Ailes De L’En­fer”, “Volte/ Face”), le ne­veu de Fran­cis Ford Cop­po­la s’est cloi­son­né de­puis quelques an­nées dans les sé­ries B tout juste ner­veuses et les na­nars pas trop ato­miques. A peine de quoi ne pas se rin­gar­di­ser to­ta­le­ment. Car quand il ne court pas le ca­che­ton, Cage prouve qu’il a tou­jours les ca­pa­ci­tés d’être un co­mé­dien hors norme. Il l’avait prou­vé il y a cinq ans avec l’étrange re­make de “Bad Lieu­te­nant” si­gné Wer­ner Her­zog et le re­prouve au­jourd’hui avec l’ex­cellent “Joe” de Da­vid Gor­don Green. Et il est par­fait en ex-tau­lard al­coo­lo vi­vant d’un job an­ti-éco­lo (il em­poi­sonne des arbres des­ti­nés à être abat­tus). Jus­qu’au jour où sa vie prend un sem­blant de ré­demp­tion lors­qu’il se met en tête de sor­tir un ado des griffes d’un père violent et dé­gé­né­ré. A mi-che­min entre le drame psy­cho­lo­gique fié­vreux post-John Hus­ton (genre “La Nuit De L’Iguane”) et les sé­ries B red­neck des an­nées 70 bai­gnant dans la sueur, la crasse et le whis­ky sans glace (genre “Les Boot­leg­gers” avec Burt Reynolds), “Joe” fas­cine de bout en bout. Op­pres­sant et ten­du, ce drame ru­ral jouis­si­ve­ment pois­seux est por­té par un Cage to­ta­le­ment im­pli­qué dans un per­son­nage de lo­ser au ni­hi­lisme for­ce­né. Fré­quem­ment ac­cu­sé (par­fois à rai­son) d’en faire des tonnes, Cage fait pour­tant pas­ser l’émo­tion et la ten­sion dans l’exa­gé­ra­tion de son jeu. Comme Bran­do dans “Le Par­rain”, après tout.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.