Dy­lan, dos à la mer

Rock & Folk - - Absolutely Live -

Imel­da May 5 août, Crys­tal Ball­room (Port­land, Ore­gon, USA)

Une im­po­sante bannière s’étend der­rière Imel­da May re­pré­sen­tant un mur dé­cré­pit, gra­phi­té de son nom et de ré­fé­rences punk : “HeyHoLet’sGo!”, “Lux+Ivy 4Ever”. On se croi­rait dans les chiottes du CBGB ! La salle est pleine. L’Ir­lan­daise est en passe de de­ve­nir une grande. Une Edith Piaf aux burnes ro­cka­billy (“Big Bad Hand­some Man”), un hy­bride de Ju­lie Lon­don (“Gyp­sy In Me”) et Wan­da Jack­son (“Right Amount Of Wrong”). Bref, une Pat­sy Cline des temps mo­dernes. Un mé­lange ru­sé des temps pas­sés et pré­sents. Jaz­zy (“Wi­cked Way”), psy­cho­billy (“Psy­cho”), car­ré­ment ga­rage avec “Round The Bend” (no­ter un so­lo de Gretsch du feu de Dieu par Dar­rel Hi­gham), sans ou­blier ses ori­gines cel­tiques (“The Hell­fire Club”) et ma­niant le bodh­ran avec dex­té­ri­té lors du fun “John­ny Got A Boom-Boom”. Une re­prise de “Train Kept A-Co­min’ ” de Ti­ny Brad­shaw et une autre, mi­ni­ma­liste, de “Drea­ming” (Blon­die) ver­sion uku­lé­lé. Une sim­pli­ci­té at­ti­rante. Un grand ta­lent. DAN­NY BOY

The Dic­ta­tors NYC 6 août, Mon­do Bi­zar­ro (Rennes)

Après la pre­mière par­tie dé­coif­fante de The Out­side, l’ex­cellent groupe fran­co-aus­tra­lien de l’ex-Ra­dio Bird­man Ch­ris Ma­suak, les Dic­ta­tors NYC in­ves­tissent la scène avec l’as­su­rance lé­gi­time de vé­té­rans bu­ri­nés. Ces braves ont dû ajou­ter NYC à leur nom pour évi­ter les foudres d’An­dy Sher­noff, le com­po­si­teur du groupe, qui a re­fu­sé de tour­ner. De la for­ma­tion ori­gi­nale, il reste le chan­teur big­ger­than­life Hand­some Dick Ma­ni­to­ba et le spa­das­sin du riff Ross The Boss. Ces pro­to-punks (c’est l’af­fiche du concert qui le dit) ont re­cru­té le gui­ta­riste Da­niel Rey, col­la­bo­ra­teur de longue date des Ra­mones, et deux joyeux bour­rins à la ryth­mique. Pri­mal, jouis­sif et en­thou­sias­mant, leur set ba­laie leurs qua­rante ans de car­rière (sauf “Ma­ni­fest Des­ti­ny”) : les clas­siques “The Next Big Thing, “Two Tub Man”, “Slow Death”, “Ba­by Let’s Twist” té­lé­portent l’au­dience au CBGB alors que, sou­riants, Ross The Boss et Rey ac­cé­lèrent avec l’ir­ré­sis­tible (et ré­cent) “Ave­nue A”. L’af­faire se conclut avec en­core plus de bou­can grâce à “Kick Out The Jams”. OLIVIER RI­CHARD

Louis Ber­ti­gnac 16 août, CID (Deau­ville)

Il va­pote entre deux titres et confie à la foule : “Ones­ten­tre­nous,y’apasde jour­na­listes,hein?” En fin de tour­née Grizz­ly — “Suis-Moi”, son nou­vel opus pa­raît dans quelques jours — le guitar he­ro pré­fé­ré des Fran­çais est ve­nu jouer quelques nou­veau­tés (la chan­son­titre, “Le Pou­voir De Dire Non”...) aux Bas-Nor­mands, de souche et de pas­sage. Des­cen­du des rangs su­pé­rieurs au bout de quinze mi­nutes de show, le pu­blic les a écou­tées at­ten­ti­ve­ment et a fait la fête à une poi­gnée de clas­siques (“Vas-y Gui­tare”) et aux in­évi­tables de son an­cien groupe (“Cen­drillon”) dont la re­for­ma­tion est de­ve­nue l’ar­lé­sienne du rock fran­çais. Sym­pa, gé­né­reux, à trois puis à quatre (Ni­co­las Bra­vin ex-Vi­si­teurs, en ren­fort), le poil blanc, mais avec un éternel re­gard de ga­min, Ber­ti­gnac a dé­mon­tré à ceux qui en dou­te­raient en­core qu’il est mille fois plus cré­dible sur les planches qu’en ju­ré de té­lé­cro­chet. Rock’n’roll,merde! JE­ROME SO­LI­GNY

Vo­lage 20 août, Gla­zart (Pa­ris)

Chaque été, le Gla­zart a l’heu­reuse ini­tia­tive d’amé­na­ger une pe­tite plage en son en­ceinte avec sable fin, transats et food truck, et d’y pro­po­ser des concerts sou­vent gra­tuits. En cette belle soi­rée d’août, carte blanche était don­née à l’ex­cellent la­bel How­lin Ba­na­na, qui abrite de jeunes et frin­gants com­bos ga­rage rock ve­nus de Me­lun, Mar­seille ou Rennes tels les en­thou­sias­mants Dus­ty Mush, Tra­vel Check, Quet­zal Snakes ou Ka­viar Spe­cial. Après les lan­ci­nants Por­no Cub viennent ce soir les Tou­ran­geaux-Pa­ri­siens de Vo­lage, quin­tette ul­tra-co­ol (che­veux longs, gui­tare bleu pas­tel, basse Höf­ner) ob­sé­dé par Ty Se­gall (“Pao­li­na”), Fuzz (“Lo­ner”) et Syd Bar­rett (“Heart Hea­ling”). Dé­con­cer­tants car tout à tour mé­lo­dieux ou très sa­tu­rés, les mor­ceaux à ti­roir de leur fu­tur pre­mier al­bum (à pa­raître en oc­tobre) fas­cinent un pu­blic qui se lâche vé­ri­ta­ble­ment pour l’hymne “Not Enuff”. Un groupe à suivre, sans au­cun doute. JO­NA­THAN WITT

Imel­da May

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.