Mo­vie Star Jun­kies

Rock & Folk - - Disques - THO­MAS E. FLO­RIN

“Evil Moods”

VOO­DOO RHYTHM

Jambe de bois et oeil de verre, les Stars de Ci­né­ma Jun­kies — qui n’ont rien à voir avec Lind­say Lo­han — viennent de sor­tir un qua­trième al­bum em­prun­tant tou­jours au­tant à la pi­ra­te­rie. Pavillon noir, certes, mais dé­sor­mais en cale sèche. De­puis ses dé­buts, le gang de Tu­rin s’obs­tine dans le punk blues, le ro­cka­billy go­thique hau­te­ment ré­fé­ren­cé, les ré­vé­rences aux ro­mans d’aven­tures mé­ta­phy­siques. Son pre­mier LP ren­dait hom­mage à l’in­dé­pas­sable Her­man Mel­ville, le deuxième à William Blake et son sym­bo­lisme pro­tes­tant. En 2014, le groupe se re­trouve de mau­vais poil et va cher­cher son ins­pi­ra­tion dans le ro­man noir amé­ri­cain. Dé­diant une chan­son à Jim Thomp­son (au­teur de “The Ge­ta­way”, su­per­be­ment adap­té par Sam Pe­ckin­pah), ci­tant Da­shiell Ham­mett comme ré­fé­rence prin­ci­pale, les dix chan­sons de ce nou­vel al­bum sont peu­plées de meurtre, fi­la­tures noc­turnes et chasse à l’homme. Pour­tant, la mu­sique des Mo­vie Star Jun­kies s’al­lège avec le temps, de­ve­nant de plus en plus lu­mi­neuse, amu­sante, lu­dique. Les so­no­ri­tés du Gun Club, à qui ils ont tant em­prun­té, se mettent au ser­vice de chan­sons com­po­sées pour des scènes de pour­suite en ca­brio­let. Si l’on re­trouve le cô­té ma­ri­time des dé­buts en ou­ver­ture de disque (“A Pro­mise”), le reste du disque se fait beau­coup plus soul, dan­sant et clin­quant. Il y a du groove chez ces Ita­liens, des cuivres et des orgues deep soul, des licks de ro­cka­billy sur leurs manches de gui­tares. Ces der­niers s’offrent même une paire de singles avec “Jim Thomp­son” et “Three Time Lost”. Puis, “Evil Moods”, c’est aus­si le re­tour du groupe chez Voo­doo Rhythm, la­bel/ pa­roisse du dé­jan­té Re­ve­rend Beat-Man, un homme d’Eglise digne de confiance. ✪✪✪

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.