“Ar­ti­fact”

Rock & Folk - - Rééditions - “THE DAWN OF CREA­TION RE­CORDS 83/85”

Cher­ry Red (im­port Gi­bert Jo­seph) Après avoir écou­té in­té­gra­le­ment les cinq CD de ce cof­fret dé­dié aux pre­mières an­nées de Crea­tion, la conclu­sion s’im­pose : pour mon­ter un la­bel, il faut avoir beau­coup d’en­thou­siasme et un peu de chance. Le ta­lent passe après. Voi­ci donc Crea­tion, la­bel de­ve­nu my­thique. A sa tête, un rou­que­moute malin se pre­nant pour An­drew Loog Old­ham et Mal­colm McLa­ren réunis (il choi­sis­sait ses mo­dèles en fonc­tion de la cou­leur de leurs che­veux). Alan Mc­Gee avait joué dans Lau­ghing Apple, puis avec Biff Bang Pow! dont le nom ve­nait di­rec­te­ment d’une chan­son culte du grand groupe mod à ten­dance pop art, les Crea­tion (voir plus bas). C’était un Ecos­sais (roux, donc) en pro­ve­nance d’East Kil­bride, où il avait pour ami le jeune Bob­bie Gilles­pie (puis d’où vien­draient plus tard les frères Reid — on sous-es­time l’im­pact d’East Kil­bride). En ce dé­but des an­nées 80, Mc­Gee, dont le rock and roll est la croi­sade, s’en­nuie ferme. Il es­time que si ça conti­nue comme ça, le punk n’au­ra ser­vi à rien. Et il n’a pas tort, d’au­tant qu’il sait de quoi il parle : Mc­Gee a bon goût et une vraie connais­sance du rock. A l’époque, il hé­site entre la cul­ture mod an­glaise, le psy­ché­dé­lisme et les Byrds et le Vel­vet Un­der­ground, tout en vé­né­rant les TV Per­so­na­li­ties après s’être en­ti­ché d’Echo & The Bun­ny­men, des Sex Pis­tols et de PiL. Il sait com­bien l’image est im­por­tante, c’est un es­thète. Comme tant d’autres, de Phil Spec­tor à Ber­trand Bur­ga­lat, il se dit que le plus simple pour écou­ter de la mu­sique dé­cente, c’est en­core de la pro­duire soi-même. Crea­tion est mon­té avec deux amis, un pub, l’Adams Arms, re­bap­ti­sé le Li­ving Room, est loué pour y faire jouer les groupes : il n’y a pas d’es­trade et les mu­si­ciens sont au même ni­veau que le pu­blic. Les po­chettes sont soi­gnées et très DIY. Ra­pi­de­ment, les groupes sont si­gnés, Rough Trade as­sure la dis­tri­bu­tion de Crea­tion. La presse, en­core très im­por­tante à l’époque où trois heb­do­ma­daires se vendent à des cen­taines de mil­liers d’exem­plaires, tombe de plus en plus ré­gu­liè­re­ment. Crea­tion n’était pour­tant pas meilleur que Fac­to­ry ou Post­card. On peut même dire que son iden­ti­té est net­te­ment plus floue :

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.