Bob Dy­lan

Rock & Folk - - Rééditions -

Co­lum­bia/ So­ny Mu­sic Nous le sa­vions dé­jà, mais cette fois-ci, c’est of­fi­ciel : le rock est en­tré au mu­sée. C’est au mu­sée que les ba­dauds pou­vaient al­ler re­lu­quer les es­quisses de ta­bleaux connus de grands et pe­tits maîtres. Au­jourd’hui, le ba­daud peut s’of­frir un cof­fret de 6 CD d’es­quisses de Bob Dy­lan réa­li­sées à un mo­ment par­ti­cu­liè­re­ment créa­tif de sa vie d’ar­tiste : qua­torze mois pen­dant les­quels il a en­re­gis­tré une tri­lo­gie d’al­bums qui ont, on peut le dire, chan­gé beau­coup de choses. En un peu plus d’un an, donc, Dy­lan a mis en boîte “Brin­ging It All Back Home”, “High­way 61 Re­vi­si­ted” et en­fin, le coup de mas­sue “Blonde On Blonde”. Ce que l’on en­tend dans ce cof­fret, ce sont les séances de tra­vail, les es­quisses de ce qui al­lait bien­tôt, dans leur forme dé­fi­ni­tive, de­ve­nir des clas­siques. Les es­quisses, qu’elles concernent un peintre ou un mu­si­cien, per­mettent de voir le che­mi­ne­ment de ses in­tui­tions. C’est ce qui per­met de se dire : Mais­comment a-t-il­puê­treà­ce­point­gé­nial­pour ar­ri­ver­làen­par­tantd’ici? Mais les es­quisses, comme les ma­kin­gof des grands films, peuvent aus­si cas­ser la ma­gie en dé­voi­lant les trucs, en dé­mon­tant tout pièce par pièce pour mieux mon­trer l’in­tel­li­gence de l’as­sem­blage. Ici, par exemple, l’ap­pren­ti mu­si­cien pour­ra s’en­fi­ler un CD en­tier (oui !) de ré­pé­ti­tions de “Like A Rol­ling Stone”. De la valse ori­gi­nelle à la ver­sion connue. On peut soit prendre des notes, comme un étu­diant, soit se dire, ar­ri­vé à la fin de ces 70 mi­nutes consa­crées au même mor­ceau, que dé­sor­mais, on ne vou­dra plus ja­mais l’écou­ter. C’est la ques­tion que sou­lève ce cof­fret in­hu­main, per­met­tant d’en­trer dans le stu­dio avec Dy­lan et d’en­tendre ce qui n’était pas cen­sé être en­ten­du. De dé­cou­vrir la tam­bouille, les hé­si­ta­tions, les faux dé­parts, etc. Un ob­jet de rêve pour les fa­na­tiques, un truc de per­vers pour les ama­teurs rai­son­nables. Le son est très bon, et comme sou­vent avec la sé­rie Boot­leg, dont c’est le der­nier vo­lume, l’ob­jet est splen­dide (une ver­sion plus abor­dable, de deux CD est éga­le­ment dis­po­nible et sans doute plus re­com­man­dée pour le tout-ve­nant).

“THE BOOT­LEG SE­RIES VOL 12 – THE CUT­TING EDGE DE­LUXE EDI­TION”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.