Wall Of Death

Rock & Folk - - Disques Francais - “Lo­ve­land”

IN­NO­VA­TI­VE­LEI­SURE/BECAUSEMUSIC Pour les non-ini­tiés aux acro­ba­ties en deux roues : le wall of death est ce cir­cuit qua­si vertical dans les­quelles des mo­tards de cirque opèrent des cas­cades à pleine vi­tesse. Voi­ci qui est idiot et dan­ge­reux. Un peu comme le groupe du même nom, trio pa­ri­sien qui boxait seul dans la ca­té­go­rie Black An­gels­ma­deind’ici, et avait sor­ti un pre­mier al­bum en 2012 chez Born Bad : “Main Ob­ses­sion”. Les loo­pings donc, voi­là qui semble amu­ser le groupe, tant son “Lo­ve­land” à la tête sens des­sus des­sous. C’était à pré­voir, car un nom sur la po­chette in­di­quait à quelle sauce les WOD al­laient être man­gés : Han­ni El Kha­tib. Le ro­cker de cat­walk, qui en se coif­fant chaque ma­tin crache sur la tombe de Char­lie Fea­thers, a pro­duit et sor­ti cet al­bum. Aïe. Exit la lour­deur, les té­nèbres et les gui­tares, place à des chan­sons tout orgue de­vant, ca­li­for­niennes dé­braillées, su­crées et, il faut le dire, as­sez gnan­gnan. Et quand on se croit de nou­veau à la mai­son (“Blow The Clouds”), la ci­trouille se trans­forme sou­dai­ne­ment en lou­koum avec gui­tare érup­tive et ex­plo­sion de cym­bale qui font plouf. Dans l’en­semble, l’al­bum lorgne sur les groupes West Coast à flan­ger et les voix spec­trales new wave. Mal­heu­reu­se­ment, n’est pas Talk Talk qui veut et la mai­greur des com­po­si­tions

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.