Brian Eno

Rock & Folk - - Disque - “The Ship”

WARP Brian Eno a plu­sieurs vi­sages. Non-mu­si­cien au­to­pro­cla­mé, touche-à-tout de gé­nie, pro­duc­teur de pop mu­sic, in­ven­teur de la mu­sique am­bient, ar­tiste contem­po­rain concep­tuel... Il a col­la­bo­ré avec Roxy Mu­sic, Bo­wie, Tal­king Heads, U2, Cold­play (mon Dieu !) et pour­sui­vi pa­ral­lè­le­ment une car­rière so­lo pro­téi­forme. Celle-ci a com­men­cé de fa­çon très glam rock en 1973 avec l’ex­plo­sif “Here Comes The Warm Jet”, et s’est pour­sui­vie jus­qu’à “Lux”, en 2012, der­nier al­bum pu­re­ment ins­tru­men­tal, mi­ni­ma­liste et at­mo­sphé­rique, sor­ti sur Warp, un choix à la fois lo­gique et éton­nant. Lo­gique parce que ce la­bel est de­puis des an­nées la ré­fé­rence en ma­tière de mu­sique élec­tro­nique in­tel­li­gente et ori­gi­nale, c’est dire qu’Eno est ici chez lui. Eton­nante parce qu’elle donne l’im­pres­sion que le maître tra­vaille do­ré­na­vant pour ses dis­ciples... Un peu comme si, dans un autre genre, Paul McCart­ney si­gnait sur le la­bel de Noel Gal­la­gher. Quatre ans plus tard, “The Ship” creuse le sillon tra­cé par “Lux” : une mu­sique am­biante, presque pla­nante, qui n’offre, et c’est to­ta­le­ment vo­lon­taire de la part d’Eno, au­cun rythme ap­pa­rent (ce qui, pour un disque Warp, est as­sez amu­sant). Sauf que cette fois-ci, l’ami Brian chante — de

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.