Mel­vins

Rock & Folk - - Disque Du Mois - “Basses Loa­ded”

IPECACRECORDINGS Les Mel­vins au Hell­fest, Di­no­saur Jr à TINALS, c’est le re­tour du grunge ou bien ? Pos­sible, sauf qu’en ce qui concerne les Mel­vins, ils ne sont ja­mais par­tis... For­mé en 1983 par Buzz Os­borne (chant/ gui­tare) et Dale Cro­ver (bat­te­rie), ce groupe du NordOuest amé­ri­cain est de­ve­nu my­thique grâce à un seul de ses fans, que Buzz et Dale ont nour­ri, for­mé et ai­dé, un cer­tain Kurt Co­bain... De­puis, ils ont pu­blié quelques di­zaines d’al­bums, si­gné sur une ma­jor — grâce à Co­bain, qui a pro­duit “Hou­di­ni” en 1993 — se sont fait vi­rer de cette même mai­son quand la vague grunge est re­tom­bée et ont conti­nué de creu­ser leur sillon in­dé avec rage et constance. Ce qui les ca­rac­té­rise, c’est un son lourd, lent, qui les a vus se faire trai­ter par des jour­na­listes fai­néants — pléo­nasme — de “Bla­ckSab­ba­th­punk”. Ici, dès le pre­mier titre, “The De­cay Of Lying” (d’après “Le Dé­clin Du Men­songe” d’Os­car Wilde — on peut être punk et let­tré), on re­trouve ce mé­lange très étrange de lour­deur et de dou­ceur, de hur­le­ments et de fi­nesse mé­lo­dique... Et on com­prend la pas­sion que leur vouait Co­bain, lui-même à che­val entre pop mé­lo­dique et punk des­troy, une pos­ture dif­fi­cile mais payante, qui lui a va­lu d’ob­te­nir un suc­cès pla­né­taire. Ce qui est loin d’être le cas des Mel­vins.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.