Jeff Beck

Rock & Folk - - Disque Du Mois - “Loud Hai­ler”

RHINO Pour cer­tains, la car­rière de Jeff Beck se­rait du grand n’im­porte quoi alors qu’en vé­ri­té, il la mène avec un tel grain de fo­lie qu’au fil des ans, elle est de­ve­nue pas­sion­nante. A preuve, ce “Loud Hai­ler” for­tuit est cer­tai­ne­ment sa li­vrai­son la plus éton­nante de­puis “Who Else !” en 1999, lors­qu’il tâ­ta de la tech­no, his­toire de vé­ri­fier que, pas plus que le blues, le rock ou la fu­sion, ce genre n’était en me­sure de lui ré­sis­ter. Ce on­zième al­bum so­lo en presque cinq dé­cen­nies, il l’a conçu et écrit avec Bones, un duo de sau­va­geonnes an­glaises (une gui­ta­riste et une chan­teuse), prou­vant qu’en ma­tière de rock, l’âge n’était pas une af­faire d’an­nées. Boos­té à l’en­vie de sor­tir des cadres, le trio fait mer­veille sur le boo­gie lent de “The Re­vo­lu­tion Will Be Te­le­vi­sed”, le hard mu­tant et tri­bal blo­qué sur un ac­cord big beat de “Live In The Dark” ou le blues pa­chy­der­mique et à cô­té de l’har­mo­nie de “Thugs Club”. Deux ins­tru­men­taux concoc­tés par le chef (“Pull It” et “Ed­na”) lui per­mettent de ne faire en­tendre que le son de sa voix, tan­dis que “Sca­red For The Chil­dren”, bal­lade frêle sur fond d’ar­pèges, entre “All The Young Dudes” et “Purple Rain”, est le théâtre d’un so­lo qui rap­pelle au désordre. Parce que ce n’est pas à un yard­bird qu’on ap­prend à vo­ler à tire-d’aile et en­core moins à faire

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.