Un été mi­san­thrope

Rock & Folk - - Rééditions -

avec Jeff Beck puis avec Jim­my Page. La plus in­ven­tive, donc. Le son est glo­ba­le­ment ex­cellent, et c’est une joie d’en­tendre en­fin ce dont le groupe était ca­pable en live (le son de “Five Live Yard­birds” étant no­toi­re­ment épou­van­table), et d’écou­ter les in­ter­ven­tions fou­droyantes d’El Be­cko et de Page, tous deux en for­ma­tion avant leurs su­per­groupes res­pec­tifs à ve­nir. Reste le pro­blème in­so­luble des Yard­birds : leur ré­per­toire ne pou­vait tout sim­ple­ment pas ri­va­li­ser avec ce­lui de leurs concur­rents, Stones, Who, Kinks, Small Faces, etc, et les titres qu’on pré­fère ici sont plus va­lables pour les gi­clées des gui­ta­ristes (“The Train Kept A-Rol­lin”, “Dust My Broom”, “Ba­by Scratch My Back”, “Drin­king Mud­dy Wa­ter”) que pour la qua­li­té in­trin­sèque des com­po­si­tions (à l’ex­cep­tion, sans doute, de “Shapes Of Things”, même si la ver­sion a pos­te­rio­ri du Jeff Beck Group est en­core meilleure).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.