Co­lo­nia

Rock & Folk - - Cinéma -

On peut voir “Co­lo­nia” de plu­sieurs fa­çons : soit un fait his­to­rique ro­man­cé quand un pho­to­graphe, ar­rê­té par la mi­lice de Pi­no­chet, est in­ter­ro­gé dans un camp se­cret com­man­dé par un ex-na­zi pé­do­phile. Soit une his­toire d’amour lorsque la pe­tite co­pine de ce der­nier tape l’in­cruste dans le camp (en fait, une co­lo­nie agri­cole ul­tra ca­tho) dans l’es­poir de dé­li­vrer son homme. Soit, mieux en­core, comme un WIP (alias Wo­menInP­ri­son), sous-genre fun du film de genre. Ré­gu­liè­re­ment bri­mée par le na­zillon ca­bot qui se fait pas­ser pour un dis­ciple de Dieu, Em­ma Wat­son tente de gar­der la tête aus­si froide que Lau­ra Gem­ser dans “Ré­volte Au Pé­ni­ten­cier De Filles” ou Pam Grier dans “The Big Bird Cage”, deux mi­ni-clas­siques du WIP. Un tiers sé­rie B, un tiers po­li­tique, un tiers di­dac­tique — la co­lo­nie Di­gni­dad, si­tuée à 380 km de San­tia­go, était connue pour em­pri­son­ner et tor­tu­rer dans ses caves les op­po­sants au ré­gime de Pi­no­chet — le film de Flo­rian Gal­len­ber­ger a le mé­rite d’abor­der un pan mé­con­nu de l’his­toire du fas­cisme (en­sal­lesle20­juillet).

Co­lo­nia

Pa­ren­thèse

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.