“Ano­ther Splash Of Co­lour”

Rock & Folk - - Reeditions - “NEW PSYCHEDELIA IN BRITAIN 1980-1985” 092 R&F SEP­TEMBRE 2016

RPM (import Gi­bert Jo­seph) 1979 : au Royaume-Uni, le re­vi­val mod (les Jam et le suc­cès in­at­ten­du du na­vet “Qua­dro­phe­nia”) et le phé­no­mène TwoTone (Spe­cials, Mad­ness) trans­portent une bonne par­tie des ado­les­cents dans le monde rê­vé des an­nées 1964-1965, celles des ori­gines re­ven­di­quées. Trois ans plus tard, il était lo­gique que tout ce beau monde soit pas­sé à 1966 et 1967. A Londres et ailleurs — Los An­geles don­ne­ra nais­sance à la scène Pais­ley Un­der­ground, Pa­ris au­ra plus tard les soi­rées de L’Acide Ren­dez-Vous — le psy­ché­dé­lisme fai­sait son grand re­tour. Des clubs pro­po­saient des soi­rées avec pro­jec­tions sur les murs et la­va lamps à gogo, et tout le monde se mit à por­ter des che­mises à mo­tif ca­che­mire et quan­ti­tés de frou­frous. Et on en­tre­prit de faire des disques. Qui réunis­saient des gens très dif­fé­rents, comme cette com­pi­la­tion de trois CD dont le titre fait écho à la pré­cé­dente (dont la po­chette hi­deuse est re­pro­duite ici) “A Splash Of Co­lour” sor­tie en 1981. Par­mi ces ado­ra­teurs du psy­ché, il y avait des an­ciens se­conds cou­teaux du mod re­vi­val (Purple Hearts, Squire qui trouve ici le moyen de pla­gier la­men­ta­ble­ment “Tax­man” et “Ba­by You’re A Rich Man” le temps d’un seul mor­ceau, The Jet Set, Mood Six, com­pre­nant d’an­ciens bal­tringues des Mer­ton Par­kas et des nar­val­los des VIP’s — qu’il ne faut pas confondre avec l’ex­cellent groupe an­glais six­ties...), d’au­then­tiques ex­cen­triques ob­sé­dés par “Le Pri­son­nier”, Syd Bar­rett et le XIXe siècle (Paul Ro­land, Ro­byn Hit­ch­cock, Nick Ni­ce­ly, The Times d’Ed Ball, ami de Dean Trea­cy des TV Per­so­na­li­ties), des nou­veaux mods ré­fu­tant les Jam mais vé­né­rant l’orgue Ham­mond (Pri­so­ners), des ama­teurs des Byrds (Bar­ra­cu­das), et d’an­ciens punks : les Dam­ned ai­maient tel­le­ment le genre qu’ils conçurent un al­bum sous un faux nom, Naz No­mad & The Nomads, Cap­tain Sen­sible sor­tit un single ly­ser­gique (“The 4 Ma­rys Go Go Dance All Night At The Groo­vy Cel­lar”, le Groo­vy Cel­lar étant alors un haut lieu du re­vi­val psy­ché, la scène ayant pour gou­rou le DJ du club

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.