Drive-By Tru­ckers

Rock & Folk - - Disques Pop Rock - “Ame­ri­can Band”

ATO/PIAS Les Drive-By Tru­ckers se forment en 1996 à Athens (Geor­gia) à l’ini­tia­tive de Pat­ter­son Hood, né en 1964, fils de Da­vid Hood, bas­siste du Muscle Shoals Sound Stu­dio. La sou­thern soul en héritage, ils col­la­borent avec Bet­tye La­vette, Boo­ker T Jones, Spoo­ner Old­ham... Rom­pant avec la tra­di­tion, ils en­re­gistrent des al­bums concep­tuels, il est vrai ayant sou­vent le Sud pour su­jet. Dans “Ame­ri­can Band”, leur on­zième en stu­dio, ils s’op­posent au re­pli iden­ti­taire pré­co­ni­sé par les po­pu­listes. Bien que vi­vant dans une so­cié­té où il est ques­tion de ra­cisme, de vio­lence, Pat­ter­son Hood et son al­ter ego, Mike Coo­ley, re­ven­diquent une amé­ri­ca­ni­té qui re­fuse la peur de l’autre. L’in­fluence des pro­blèmes so­cié­taux sur l’écri­ture n’est pas chose nou­velle. Les ar­tistes folk le font de­puis tou­jours mais, com­plé­tés par Jay Gon­zales (cla­viers), Matt Pat­ton (basse), Brad The EZB Mor­gan (bat­te­rie) et Da­vide Barbe (réa­li­sa­tion), les DBT ont une fa­çon hau­te­ment mu­si­cale d’ex­pri­mer des convic­tions. C’est leur force. Comme chez Dy­lan ou Spring­steen. Il ar­rive que la voix rap­pelle celle de Neil Young (“Dar­ke­ned Flags At The Cusp Of Dawn”, “Sun Don’t Shine”). La tue­rie dans un cam­pus de l’Ore­gon fait par­tie des trau­ma­tismes ré­cem­ment vé­cus par

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.