Blues Pills

Rock & Folk - - Disques Pop Rock - “La­dy In Gold”

NUCLEARBLAST/PIAS La dé­cli­nai­son à ou­trance des titres du pre­mier al­bum de Blues Pills par Nu­clear Blast, entre EP stu­dio et live, s’est tra­duite par une in­fla­tion très ar­ti­fi­cielle de la dis­co­gra­phie blues-rock du quar­tette. Un blues-rock dri­vé par la gui­tare de Do­rian Sor­riaux, louée par les cri­tiques mis­sion­nés sur le ter­rain (Hell­fest 2014) ou dans l’in­ti­mi­té de leur salon (Ber­lin Live 2015 d’Arte) et hon­ni par les mu­si­ciens néo-se­ven­ties ja­loux. Jus­qu’à ce “La­dy In Gold” soul, voire pop au sens noble du terme. Loin de qua­li­fier cette ré­orien­ta­tion d’épi­phé­no­mène, Elin Lars­son, chan­teuse syl­phide aux pieds nus, sou­tient qu’elle a tou­jours été sous­ja­cente. Ain­si, “La­dy In Gold” (l’al­lé­go­rie de la mort) re­gorge du pia­no en oc­taves de Per Lars­son (en at­tente d’un CDI) et de choeurs francs en ques­tions/ ré­ponses. Le clip to­pless est à l’ave­nant. “I Felt A Change”, tire-larmes sur Fen­der Rhodes, semble échap­pé du ré­per­toire au charme sur­an­né de Ca­role King... Une ar­tiste ma­jeure qui n’au­rait pas lais­sé le pro­duc­teur Don Al­ster­berg (Gra­veyard) sac­ca­ger de la sorte l’ému­la­tion des cordes. Heu­reu­se­ment, nos poils se re­dressent avec les clap hands de “Bad Tal­kers”, charge sé­di­tieuse à la mode Sly & The Fa­mi­ly Stone. Les fans de la pre­mière heure qui ful­minent s’ac­cro­che­ront

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.