Sea­sick Steve

Rock & Folk - - Disque du Mois - “Kee­pin’ The Horse Bet­ween Me And The Ground”

CAROLINEINTERNATIONAL Il y a dix ans, Sea­sick Steve en­thou­siasme le pu­blic de La­ter With Jools, ce qui lui vaut d’être en­suite pro­gram­mé dans les grands fes­ti­vals. Ré­vé­la­tion tar­dive pour Ste­ven Wold, né à Oak­land (Ca­li­for­nie) en 1940 et qui au­tre­fois fai­sait la manche dans le mé­tro pa­ri­sien. Vieille gui­tare toute tra­fi­quée, longue barbe blanche, cas­quette de rou­tier, sa­lo­pette, l’al­lure est par­faite pour pro­duire un blues-rock in­tem­po­rel. Sea­sick Steve tourne avec un bat­teur, Dan Ma­gnus­son. D’Ar­thur Big Boy Cru­dup aux White Stripes, la for­mule du chan­teur-gui­ta­riste seule­ment sou­te­nu par la bat­te­rie a fait éclore maintes mer­veilles. Ce tan­dem re­nou­velle l’ex­ploit. De ma­nière symp­to­ma­tique, son précédent al­bum “You Can’t Teach An Old Dog New Tricks” (au­quel par­ti­ci­pait John Paul Jones) est sor­ti en 2011 chez Third Man, le la­bel de Jack White... Hui­tième al­bum de Sea­sick Steve, “Kee­pin’ The Horse Bet­ween Me And The Ground” re­cèle vingt titres. Le disque est double : un vo­let élec­trique avec bat­te­rie, le se­cond acous­tique. Sea­sick Steve signe tout sauf “Gentle On My Mind” (John Hart­ford, El­vis Pres­ley) et “Eve­ry­bo­dy’s Tal­kin’ ” (Fred Neil, Harry Nils­son). Les dif­fé­rentes fa­cettes de la mu­sique po­pu­laire amé­ri­caine sont évo­quées

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.