Goat

Rock & Folk - - Disque du Mois - “Re­quiem”

ROCKETRECORDINGS/DIFFER-ANT En ces temps de nar­cis­sisme exa­cer­bé, l’ano­ny­mat semble fi­na­le­ment un moyen ju­di­cieux de créer un cer­tain at­trait. Les Nor­diques l’ont bien com­pris, on a pu le vé­ri­fier avec Ghost, col­lec­tif aux atours sa­ta­ni­co-grand­gui­gno­lesques en passe de de­ve­nir une ins­ti­tu­tion du me­tal néo-eigh­ties. Dans un genre to­ta­le­ment dif­fé­rent, les énig­ma­tiques Sué­dois de Goat ap­pliquent la même re­cette : ils se pro­duisent mas­qués lors de shows spec­ta­cu­laires et livrent des élé­ments bio­gra­phiques on ne peut plus flous — ils se­raient is­sus d’une an­ces­trale com­mu­nau­té vi­vant dans le cercle Arc­tique, et nom­mée Kor­pi­lom­bo­lo... Quoi qu’il en soit, Goat se po­si­tionne sur un cré­neau ori­gi­nal : un psy­ché­dé­lisme mâ­ti­né de world mu­sic, ten­dant vers une sorte de transe tri­bale. On a pu goû­ter à cette éton­nante dé­coc­tion le long de deux ex­cel­lents opus (“World Mu­sic” et “Com­mune”) sui­vis au­jourd’hui par ce “Re­quiem”, pré­sen­té par ses au­teurs comme leur “al­bum­folk”. Il est vrai qu’ici les six-cordes acous­tiques se taillent la part du lion, ré­pé­tant in­las­sa­ble­ment des airs aux so­no­ri­tés afri­caines, ren­for­cés par des breaks de flûte (“I Sing In Si­lence”), tan­dis que des voix fé­mi­nines, à l’unis­son, en­tonnent des psal­mo­dies mys­tiques. D’in­nom­brables ins­tru­ments s’ajoutent

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.