Oa­sis

Rock & Folk - - Rééditions - “BE HERE NOW”

Big Bro­ther Re­cor­dings La po­chette hi­deuse digne d’un ivrogne dé­cou­vrant Pho­to­shop, an­non­çait la cou­leur : c’était, dé­jà, le dé­but de la fin. Ren­dus fous par le suc­cès de leurs deux pre­miers al­bums, les gars d’Oa­sis en­re­gis­trèrent ce disque digne des pires folies des di­no­saures se­ven­ties que le punk était cen­sé avoir rayés de la carte : des mois de stu­dio, des couches et des couches de gui­tare, des over­dubs dans tous les sens, un en­re­gis­tre­ment trop fort, des mor­ceaux qui n’en fi­nissent pas (sept mi­nutes en moyenne, voire neuf pour “All Around The World”), des in­vi­tés pres­ti­gieux qui ne servent à rien (Paul Wel­ler, John­ny Depp !), des pa­roles de plus en plus stu­pides (“All­my­people righ­the­re­right­now,d’youk­noww­hatI mean?”), et glo­ba­le­ment, des chan­sons moins bonnes (voir “Don’t Go Away”, qui réus­sit à son­ner comme un pas­tiche d’Oa­sis réa­li­sé par Oa­sis en per­sonne à peine trois ans après ses dé­buts), à l’ex­cep­tion de quelques-unes (gé­né­ra­le­ment an­ciennes) qui au­raient mé­ri­té d’être dé­grais­sées et ra­bo­tées : “I Hope, I Think, I Know”, “It’s Get­tin’ Bet­ter (Man !!)”,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.