New Or­der

Rock & Folk - - Rééditions - “SINGLES”

War­ner La com­pi­la­tion qui avait rem­pla­cé “Sub­stance” res­sort, re­mas­te­ri­sée, avec quelques nou­veaux re­mix et un titre en plus. Ceux qui avaient la ver­sion ori­gi­nale n’ont au­cune rai­son de se pro­cu­rer cel­le­ci, les dé­bu­tants, eux, au­ront un pa­no­ra­ma as­sez com­plet de ce groupe étrange, qui a com­men­cé — on ne peut lui en vou­loir, vu les cir­cons­tances — comme du sousJoy Di­vi­sion (le meilleur single de l’époque, l’énorme, l’in­des­crip­tible “Ceremony”, était d’ailleurs un mor­ceau de Joy Di­vi­sion connu en ver­sion live via le double “Still”) avant de ré­vo­lu­tion­ner la mu­sique an­glaise en of­frant une ver­sion net­te­ment plus dan­sante du ter­rain dé­jà pré­pa­ré par Hu­man League & co. Les dé­buts furent donc la­bo­rieux mais le groupe se ré­in­ven­ta ra­pi­de­ment et en­voya quelques singles mé­mo­rables (“Temp­ta­tion”, “Blue Mon­day”, “Thieves Like Us”, li­mite mais tou­chant dans sa tri­via­li­té, “Bi­zarre Love Tri­angle”, “Eve­ry­thing’s Gone Green”, “The Per­fect Na­tion”, etc) avant que les syn­thés affreux, les boîtes à rythmes cheap, la voix de plus en plus dia­phane de Ber­nard Sum­ner, les drogues et l’hé­do­nisme ne trans­forment ce groupe ini­tia­le­ment un peu chic en vul­gaire ma­chine à dan­ser pour beaufs an­glais en to­tal look Fi­la dé­por­tés par char­ters vers Ibi­za pour se dé­fon­cer la gueule de binge drin­king en fes­ti­val d’ecs­ta­sy cou­pé au

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.