Mick Har­vey

Rock & Folk - - Disques Poprock - “In­toxi­ca­ted Wo­men”

MUTE Com­men­cée en 1995 avec “In­toxi­ca­ted Man”, conti­nuée par “Pink Ele­phants” puis “De­li­rium Tre­mens”, la té­tra­lo­gie Gains­bourg, grand oeuvre de l’Aus­tra­lien Mick Har­vey, ar­rive à son terme. Les an­nées 1960 y sont par­ti­cu­liè­re­ment ex­plo­rées, sou­vent sous forme de duos. En ou­ver­ture, “Je T’Aime... Moi Non Plus” de­vient “Ich Liebe Dich... Ich Dich Auch Nicht”, en ac­cord avec la na­tio­na­li­té d’An­drea Schroe­der, chan­teuse ber­li­noise dé­jà cô­toyée par Mick Har­vey à l’oc­ca­sion du “Jef­frey Lee Pierce Ses­sions Pro­ject”. Elle lui donne aus­si la ré­plique pour “God Smokes Ha­va­nas” (“Dieu Est Un Fu­meur De Ha­vanes”) et “Strip Tease”. La grâce de France Gall n’illu­mine plus “Les Su­cettes” (“All Day Su­ckers”), “Pou­pée De Cire, Pou­pée De Son” (“Pup­pet Of Wax, Pup­pet Of Song” avec Xanthe Waite), “Dents De Lait, Dents De Loup” (“Ba­by Teeth, Wol­fy Teeth” avec So­lo­mon Har­vey, fils de). Où l’on constate que le fran­çais sonne sou­vent bien mieux que l’an­glais ! Comme il en a l’ha­bi­tude, Mick Har­vey ne re­cule pas de­vant les évi­dences (“La Chan­son De Pré­vert”) mais prend un ma­lin plai­sir à adap­ter des oeuvres re­la­ti­ve­ment obs­cures, “La Noyée”, “Les Yeux Pour Pleu­rer”... Pour des rai­sons évi­dentes, les pièces les plus mé­lo­diques (“Les Amours Per­dues”)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.