Pe­ter Doherty

Rock & Folk - - Disques Poprock - “Ham­burg De­mons­tra­tions”

BMG Pour­quoi avoir cru en 2002 que Doherty re­pré­sen­tait l’ave­nir, ou même le pré­sent ? Ce type a tou­jours vé­cu dans le pas­sé, dans ses mythes et fan­tasmes, en­tou­ré de fan­tômes nom­més Pe­ter Per­rett, Mike Scott, Joe Strum­mer, Mor­ris­sey, Jo­na­than Rich­man, Ro­bert Fors­ter, Shane MacGo­wan... C’est le mo­teur du rock, ce vam­pire : la jeu­nesse, sa fougue, son ar­ro­gance, in­con­sé­quence, le re­nou­vellent per­pé­tuel­le­ment. Pe­ter Doherty al­lant sur ses 38 piges, il peut main­te­nant as­su­mer son cô­té ré­tro, se vivre plei­ne­ment comme trou­ba­dour à l’an­cienne, song­wri­ter old school. Son deuxième al­bum so­lo, “Ham­burg De­mons­tra­tions”, ne fait pas qu’as­su­mer cette désué­tude : il la re­ven­dique. L’his­toire : Pe­ter est al­lé se ba­la­der à Ham­burg, sur les traces des Beatles, quand le groupe pro­to­punk flan­quait la zone dans les clubs pis­seux de la ville. Il est tom­bé sur un stu­dio d’en­re­gis­tre­ment, Cloud Hill, a son­né, s’y est ins­tal­lé six mois. L’idée : n’en­re­gis­trer qu’avec le ma­té­riel vin­tage du lieu, ma­gné­to 8-pistes et table de mixage pré­his­to­rique. Na­tu­rel­le­ment, dans cette bulle sur­an­née, Pe­ter a écrit des textes aux ré­fé­rences pous­sié­reuses, ci­tant la Gib­son J-45 (gui­tare sèche pré­fé­rée de Len­non), Gra­ham Green, Anaïs Nin,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.