The Fle­sh­tones

Rock & Folk - - Disques Poprock - “The Band Drinks For Free”

YEPROC Alors que le magazine fête son cin­quan­te­naire, The Fle­sh­tones lève au même mo­ment le verre à son 40e an­ni­ver­saire. En dé­pit d’ava­tars in­hé­rents au par­cours et de modes de plus en plus dé­biles, le groupe newyor­kais boit gra­tos pour son ving­tiè­meet-unième al­bum, avec des in­vi­tés comme The BellRays, Yum Yums ou le Hoo­doo Gu­rus. Frap­pant tou­jours là où on ne l’at­tend pas vrai­ment, le qua­tuor ga­rage rock du Queens com­mence par re­vi­si­ter le hit “Love Like A Man” de Ten Years Af­ter (qui lui sied si bien au teint qu’il le re­prend ailleurs en es­pa­gnol), puis en­chaîne avec “Lo­ver Of Love”, face B in­ter­pré­tée par Keith Streng à la gui­tare fuzz. Pe­ter Za­rem­ba s’éclate au Far­fi­sa, avant de sai­sir le mi­cro en lâ­chant sa cape pour évo­quer celle de TENDRILTALES Le troi­sième al­bum du groupe for­mé par Hope San­do­val, chan­teuse de Maz­zy Star, et Colm Ó Cíosóig, bat­teur de My Bloo­dy Va­len­tine, com­mence fort, si on peut dire : un mor­ceau de neuf mi­nutes, lent, avec de longs ac­cords d’orgue style drone, des rou­le­ments de toms, une voix mar­mo­réenne... Le contraire de ce qu’on en­seigne dans les écoles de mar­ke­ting pop : mettre la chan­son la plus ac­cro­cheuse en ou­ver­ture pour em­pê­cher l’au­di­teur (et a for­tio­ri le cri­tique) de pas­ser à autre chose. Mais on a ici affaire à des ar­tistes. Du genre à re­fu­ser la pres­sion des la­bels et à prendre leur temps entre deux al­bums : My Bloo­dy Va­len­tine est évi­dem­ment cham­pion du monde de l’exer­cice, mais les Maz­zy Star ne sont pas mau­vais non plus : on les croyait sé­pa­rés de­puis 2000, ils sont re­ve­nus près de 15 ans plus tard. Si on dé­passe ce pre­mier titre, tout le reste pa­raî­tra frais, lé­ger, pri­me­sau­tier : des bal­lades acous­tiques sur des tem­pos 6/8 alan­guis (“Pea­sants”), voire même des valses (“A Won­der­ful Seed”), des am­biances at­mo­sphé­riques, des gui­tares slide fan­to­ma­tiques, le tout sur­vo­lé par une voix su­blime, évi­dem­ment. San­do­val, avec son timbre

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.