Ryan Adams

Rock & Folk - - Disques Pop Rock - “Pri­so­ner”

CAPITOL/UNIVERSAL Ça fait dé­jà un pa­quet d’an­nées que Ryan Adams amuse la ga­le­rie avec son folk al­ter­na­tif luxu­riant qu’il est ca­pable de trem­per dans à peu près toutes les di­va­ga­tions du rock, de la plus sau­vage à la plus consen­suelle. Avec une quin­zaine d’al­bums sou­vent en­cen­sés à son actif de­puis le dé­but d’une car­rière en­ta­mée au tour­nant du siècle, le na­tif de Ca­ro­line du Nord avait dis­trait en 2015 avec “1989”, al­bum re­make du cin­quième de Tay­lor Swift, son plus pop à ce jour. Avec “Pri­so­ner”, Adams se re­centre l’es­pace de douze com­po­si­tions ori­gi­nales dont la pre­mière, c’est de­ve­nu une pra­tique cou­rante, est of­ferte à ceux qui, en at­ten­dant sa sor­tie, com­man­de­ront l’édi­tion nu­mé­rique du disque. Comme par ha­sard, ce n’est pas le moins bon titre d’un al­bum sé­rieu­se­ment écrit et en­re­gis­tré mais dont, après plu­sieurs écoutes, on peine un peu à dé­ga­ger un cou­plet vrai­ment ac­cro­cheur et en­core plus un re­frain. Oui, “Do You Still Love Me ?”, un peu glam sur les bords, fonc­tionne, mais c’est pré­ci­sé­ment à cause de cette chan­son que le reste, qui lorgne par­fois du cô­té de Tom Pet­ty (avec ses Heart­brea­kers) et U2, dé­çoit un tan­ti­net. En in­ter­view, Ryan Adams pré­tend “man­quer­de­temp­se­têtre pri­son­nier­des­dé­sirs”. Peut-être au­rait-il in­té­rêt à ré­flé­chir da­van­tage, faire le tri,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.