Ar­nold Tur­boust

Rock & Folk - - Disque Français - “Ar­nold Tur­boust”

HEBRA En 2010, il a eu beau se chan­ter “démodé”, on n’y a pas cru une seule se­conde. Com­pa­gnon d’as­cen­sion vers la gloire d’Etienne Da­ho au cours des an­nées 80, Ar­nold Tur­boust, la dis­cré­tion in­car­née, est de re­tour avec un cin­quième al­bum qui s’ap­pelle pa­reil que lui et le montre plus dans le coup que ja­mais. Car à l’heure où la jeune garde s’em­mêle les crayons dans nos ré­fé­rences et pré­fère le mi­mé­tisme à l’in­ven­ti­vi­té, la pop de ce fai­seur d’âge mûr reste une des plus co­ol. D’abord, Tur­boust, c’est dans sa na­ture, connaît le se­cret des cou­plets qui font fri­ser les sens (“Souf­fler N’Est Pas Jouer”, “Bubble Gum”, “En King Size”) et des re­frains échan­crés (“In­vi­sibles”, “Ma Sep­tième Vie”). En prime ici, re­fai­sant équipe avec Ri­co Con­ning trente ans après “Pop Sa­to­ri”, Ar­nold se montre plus fin ar­ran­geur que ja­mais. Ses rythmes sont choi­sis, ses cla­viers, bien sen­tis, et ses en­ro­bages syn­thé-chic (“Tout Est Dans Le Flou”, comme une ca­resse kraft­wer­kienne...) ja­mais ne pla­gient. Oh, le mu­si­cien, qui a éga­le­ment eu le bon goût de s’ad­joindre les ser­vices de l’ex­cellent Xa­vier Tox Ge­ro­ni­mi (peut-être le meilleur gui­ta­riste fran­çais de sa gé­né­ra­tion), ne re­nie pas ses in­fluences, et, au dé­tour de plu­sieurs rimes (“Ef­fé­mi­né”) et mé­lo­dies

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.