CJ Ra­mone

Rock & Folk - - Disques Classic Rock -

“Ame­ri­can Beau­ty” FATWRECK

Les quatre membres ori­gi­naux des Ra­mones ayant pas­sé l’arme à gauche, il ne reste du qua­tuor du Queens que ses trois sup­plé­tifs, en l’oc­cur­rence les deux bat­teurs Mar­ky et Ri­chie, et le rem­pla­çant de l’es­sen­tiel Dee Dee à la basse : CJ. On nous per­met­tra d’ou­blier le très ponc­tuel El­vis Ra­mone (Clem Burke de Blondie) qui n’a don­né qu’une poi­gnée de concerts au sein des faux frères... De son vrai nom Christopher Jo­seph Ward, CJ s’est dis­tin­gué après la sé­pa­ra­tion des Ra­mones en re­fu­sant d’in­té­grer Me­tal­li­ca que ve­nait de quit­ter Ja­son News­ted. L’ex-Ja­rhead pré­fé­ra en ef­fet s’oc­cu­per de son fils, qui ve­nait d’être diag­nos­ti­qué au­tiste. Il est néan­moins in­ter­ve­nu dans deux groupes mi­neurs aus­si éner­giques que plai­sants, Los Gu­sa­nos et Bad Chop­per (res­pec­ti­ve­ment du punk néo-sioux et du bi­ker rock) avant de s’at­ta­quer à sa grande oeuvre : une penta­lo­gie punk dont “Ame­ri­can Beau­ty” est le troi­sième vo­let. Comme ses deux pré­dé­ces­seurs, ces douze titres ont été réa­li­sés avec les gui­ta­ristes des Ado­les­cents et en­re­gis­trés sur la West Coast. L’en­semble est évi­dem­ment fu­rieu­se­ment ra­mo­nesque, pé­riode “Mon­do Bi­zar­ro” (pre­mier al­bum stu­dio du groupe feat CJ) sans pour au­tant in­té­grer de titre hard­core. Le reste de la pa­lette Ra­mones est di­gne­ment re­pré­sen­té : clas­sic punk (“Let’s Go”, “Yeah, Yeah, Yeah”), bal­lades bub­ble­gum (“Be­fore The Lights Go Out”, “Wi­thout You” en duo avec Kate El­dridge des Big Eyes) et re­prises à la sul­fa­teuse, ici une en­thou­sias­mante ver­sion du “Po­ny” de Tom Waits sou­te­nue par des ma­ria­chis. CJ aban­donne le ca­non ra­mo­nesque à l’oc­ca­sion d’un titre au do­bro, “Tom­my’s Gone”, hom­mage tou­chant au pre­mier bat­teur du groupe. Au fi­nal, un al­bum certes mi­neur mais bel et bon. ✪✪✪ OLI­VIER RI­CHARD

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.