Entre les mains des Beatles ?

Rock & Folk - - Courrier Des Lecteurs -

Ques­tion

Après le dé­part de Ma­noeuvre, Rock&Folk va t-il tom­ber entre les mains des Beatles ? Un fan des Rol­ling Stones. PA­TRICK MOALIC (cour­riel)

Emi­nem­ment rock

On ap­prend dans “Gimme Danger” qu’Ig­gy en a tou­jours vou­lu à ces types qui avaient es­sayé de se­couer la ca­ra­vane dans la­quelle il vi­vait, les mêmes qui avaient fait une re­marque aus­si sur la salle de bains et qui traî­naient là“en man­geant des frites ”. Eh oui, dé­fi­ni­ti­ve­ment là on y est. Dans le “nous­con­treeux”. Le “moi contre le reste du monde ”. Dans le rock. C’est son étin­celle, là, qui nous étreint, nous brûle, nous ré­chauffe. Uni­ver­sel. Autre mo­ment : ce­lui où l’Iguane ra­conte que tout à coup les frères Ashe­ton s’y étaient mis pour de bon der­rière lui : “Tou­tà­coup, s’ex­clame-t-il, ils n’ imi­taient plus et pro­pos aient quel­que­chose de per­son­nel.” Le ver­tige de la pre­mière fois, autre com­po­sante es­sen­tielle de la construc­tion de soi par le prisme du rock. Pri­mi­tif, som­maire, élec­tri­sant, abra­sif. Rock en somme. Et puis il y a l’épi­sode où De­fries pro­pose à notre homme le rôle de Pe­ter Pan, hi­la­rant. Ce­lui où il se voit lit­té­ra­le­ment en pha­raon, ce­lui où il est équi­pé d’un as­pi­ra­teur, comme un Jag­ger out of control, ce­lui où le spea­ker té­lé com­mente :“Ils s’ ac­cordent pen­dant de longues mi­nutes et ça n’ a pas l’ air de dé­ran­ger le pu­blic ”, eh, eh ... Et puis il y a ces gants en la­mé... qui dis­sonent mer­veilleu­se­ment. L’anec­dote avec le col­lier ca­nin, en pro­ve­nance de l’ani­ma­le­rie : “it­was co­ol”, com­men­te­ra la­co­ni­que­ment Scott Ashe­ton. Ce que “Gimme Danger” ra­conte aus­si, c’est un autre com­bat, ce­lui contre les drogues bien sûr, avec no­tam­ment le bug his­to­rique de Dave Alexan­der, jouant sans s’aper­ce­voir sur un am­pli éteint, le cer­veau d’Ig­gy comme un écran de té­lé en se­mi veille : les Stooges furent psy­ché­dé­liques au com­men­ce­ment. Le com­bat est aus­si ce­lui de pré­cur­seurs ex­pé­ri­men­taux, Ig­gy souf­flant dans un tube, Sun Ra et Col­trane fai­sant par­tie de leur pro­gramme, Miles Da­vis aus­si. D’abord ré­duits à un rôle de pa­rias (y com­pris au sein de leur mai­son de disques après deux al­bums), ils se­raient en­suite as­su­jet­tis à une forme de ré­cu­pé­ra­tion cultu­relle, une fois leur li­qui­da­tion des sixties ac­tée. Ni­hi­listes, les Stooges sont su­prê­me­ment rock aus­si au sens où, to­ta­le­ment in­sai­sis­sables, ils avaient d’une cer­taine ma­nière dé­jà sol­dé leurs ar­chives dès l’en­tame (peu d’images d’ar­chives)... Si on de­man­dait à l’Ig de se pro­non­cer po­li­ti­que­ment, il fai­sait des rou­lades au tra­vers de la pièce : vrai­ment ex­pli­cite. Ils sont rock pour cette té­mé­ri­té-là : le fait de se péter les dents de de­vant parce qu’on a slam­mé, sans cer­ti­tudes, et que le pu­blic, à la ré­cep­tion, s’est écar­té. Qui fe­rait ça en 2017 ? Dé­jà unique en leur temps, qu’est-il ad­ve­nu de ce type de lea­der­ship cha­ris­ma­tique, contor­sion­niste et éman­ci­pa­teur dans le rock ? A cet égard, “Gimme Danger” semble dire : “Ran­ge­cep*****de por­table pour com­men­cer, sans quoi tu ne se­ras pas en me­sure de cé­lé­brer, de prendre part à la messe et de com­mu­nier.” Pour fi­nir, la mu­sique. Parce qu’elle parle du désoeu­vre­ment de la jeu­nesse (“j’avais­beau­coup d’éner­gie”, dit l’Ig) dans une ci­té in­dus­trielle, cette der­nière est aus­si im­pla­cable, mé­tro­no­mique et/ou syn­co­pée que le bruit d’un mor­ceau de mé­tal qui tombe mé­ca­ni­que­ment sur une ligne de pro­duc­tion. En bref : le va­carme qui l’a en­gen­drée fi­nit par être trans­cen­dé, magnifié, la frus­tra­tion cé­dant le pas sous ce geste éman­ci­pa­teur. Emi­nem­ment rock, tout ça. En théo­rie comme en pra­tique. Ce que montre “Gimme Danger”, c’est qu’à bien des égards, les Stooges ont es­suyé les plâtres au sein d’une Amé­rique qui n’était pas prête pour leur mu­sique. Ce que le film dit im­pli­ci­te­ment c’est : “Voi­là ce que fut d’ y être un pion nier .” ED­DY DUROSIER (cour­riel)

Le plus jeune

Bé­né­fi­cier du tarif se­nior pour al­ler voir le Jar­musch sur les Stooges, ça fait dé­jà drôle... Mais quand tu rentres dans la salle et que tu es le plus jeune, ça fait en­core plus drôle ! ZOCKOR – 21000 Di­jon (cour­riel)

Il­lus­tra­tions : Jam­pur Fraize

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.