Mer­ci le rock’n’roll

Rock & Folk - - Courrier Des Lecteurs -

At­ten­tion ! Ce­ci est une lettre d’amour au rock’n’roll as­su­ré­ment et à Rock&Folk. Parce que je fais par­tie d’une gé­né­ra­tion (est-ce en­core per­ti­nent de par­ler gé­né­ra­tion en 2017 ?) qui n’a pas connu son heure de gloire rock’n’roll, du moins pas en­core, il est en­core tôt et tout es­poir est en­core bien­ve­nu. Les jour­nées, les mois et les an­nées res­semblent par­fois à celles dé­crites par les Stooges dans “1969” : “Ano­ther year with no­thing to do”. Mais pour­tant, jeu­di soir je suis al­lée voir Twin Peaks en concert et c’était tout sim­ple­ment dé­ment. A la bonne fran­quette : des ta­pis per­sans en guise de scène et j’ai même été mise à contri­bu­tion pour te­nir la basse le temps que les choses se mettent en place tant bien que mal. Les po­go­teurs d’une moyenne d’âge qui n’ex­cé­dait pas les 24 ans ont eu tôt fait de me pi­quer ma place soi­gneu­se­ment choi­sie au pre­mier rang. La ma­chine in­fer­nale du rock’n’roll s’est mise en branle : Co­lin ap­pelle au calme lorsque les po­gos ont failli hap­per son cla­vier, et on a même en­ten­du crier un “kick out the jams mo­ther fuck ers !” sal­va­teur de la fosse vers la scène. Preuve que les clas­siques sont tou­jours per­ti­nents au­jourd’hui et que, même sous la pré­si­dence de ce­lui dont on ne pro­non­ce­ra pas le nom une énième fois, les Etats-Unis ont le chic de nous en­voyer cinq jeunes de Chi­ca­go, gran­di­lo­quents sous leurs vê­te­ments vin­tage fa­dasses, pour étouf­fer nos spasmes pes­si­mistes et alar­mistes en ce dé­but de 2017. Ils ont été straight to the point, en­chaî­nant les mor­ceaux et ont plié ba­gage au bout d’une pe­tite de­mi-heure du­rant la­quelle l’ef­fer­ves­cence ju­vé­nile trans­pi­rante avait ré­gné, in­so­lente mais gé­né­reuse. Alors mer­ci le rock’n’roll, mer­ci d’égayer nos jour­nées. Mer­ci Rock&Folk de nous faire dé­cou­vrir de nou­veaux groupes entre deux ar­ticles sur John­ny Thun­ders et Bob Dy­lan. Et ne soyons pas dé­cli­nistes ! Il est tou­jours temps de “kick out the jams” et de prendre (ou lais­ser) une gé­né­ra­tion qu’on a le droit de qua­li­fier de “blank”, ou de n’im­porte quoi d’autre, si le coeur nous en dit : c’est à nous, les amou­reux du rock’n’roll de tout âge de dé­ci­der ! JU­LIE (cour­riel)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.