The Moonlandingz 27 AVRIL, POINT EPHEMERE (PA­RIS)

Rock & Folk - - News -

La fa­meuse salle du quai de Val­my est ce soir bien rem­plie pour la ve­nue des Moonlandingz, les­quels se laissent ar­dem­ment dé­si­rer puis­qu’ils in­ves­tissent la scène vers 22 heures. Voi­ci donc un at­te­lage des plus dis­pa­rates : à droite, un homme entre deux âges vê­tu d’un com­plet noir s’oc­cupe des orgues ; au centre, une jeune fille brune au teint dia­phane gratte sa six-cordes d’un air ab­sent ; à gauche, un bas­siste aux traits viking prend des poses hé­roïques. A la tête de ce beau monde, Lias Saou­di des Fat White Fa­mi­ly, alias John­ny Ro­cket, dé­barque clope au bec, torse-nu, les yeux mi­clos, le front pein­tur­lu­ré en rouge. C’est un front­man to­ta­le­ment stoo­gien (voix mor­veuse, poses pro­vo­cantes, des­centes dans le pu­blic) dont le cha­risme écla­bousse le funk ro­bo­tique usi­né par ses ca­ma­rades : les exemples les plus frap­pants en sont cer­tai­ne­ment “Sweet Sa­turn Mine” et son “I don’t feel al­right” mar­te­lé, “Glo­ry Hole” (qui rap­pelle les Doors) ou en­core le gi­gan­tesque pogo ter­mi­nal de “Man In Me Lyfe”. JO­NA­THAN WITT

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.