Gov’t Mule

Rock & Folk - - Disque - “Re­vo­lu­tion Come... Re­vo­lu­tion Go”

FANTASYCONCORD Ayant joué avec Da­vid Al­lan Coe, Di­cky Betts, le Dead et sur­tout le Allman Bro­thers Band, War­ren Haynes ne craint pas grand monde en ma­tière de CV. Quant à sa mo­ti­va­tion, elle est lim­pide : per­pé­tuer la noble tra­di­tion du hard ro­ckin’ blues, un lan­gage ap­pris en usant les disques de Cream, Led Zep­pe­lin, Ly­nyrd Sky­nyrd, etc. Voix rauque, contrôle idéal de la Gib­son, riffs mil­li­mé­trés, le voi­là pro­mu en ligue 1 du sou­thern rock (il est un au­then­tique Su­diste, né en Caroline du nord en 1960). Outre ses pro­jets pa­ral­lèles, sa par­ti­ci­pa­tion à tous les hom­mages et tri­butes (de Pink Floyd à Merle Hag­gard, ce qui est ré­vé­la­teur), il compte quatre al­bums so­lo et une ving­taine à la tête de Gov’t Mule dont la moi­tié en­re­gis­trée en concert. Pour­tant, “Re­vo­lu­tion Come... Re­vo­lu­tion Go” montre que le plai­sir de jouer et l’en­vie de convaincre sont tou­jours là. Co­pro­duit par War­ren Haynes, Gor­die John­son et Don Was, avec Dan Louis (cla­viers), Jor­gen Carls­son (basse) et, à son poste de­puis l’époque du Di­cky Betts Band, Matt Abts (bat­te­rie), le disque al­terne thèmes per­son­nels et uni­ver­sels. Père de­puis peu, War­ren Haynes s’adresse à son fils dans “Dreams And Songs”. Le coun­try rock “Tra­ve­ling Tune” lui per­met de sa­luer la mé­moire d’Al­len Woo­dy, bas­siste du groupe, mort en 2000, et celle de Butch Trucks, bat­teur du Allman Bro­thers Band. Orgue Ham­mond et choeurs gos­pel teintent “Sa­rah, Sur­ren­der” de soul. Plus en­core que les pa­roles, la mu­sique par mo­ments re­flète le cli­mat ten­du qui règne ces temps-ci outre-At­lan­tique. Avec sa mé­chante in­tro pleine de wah­wah har­gneuse, “Stone Cold Rage”, ju­di­cieu­se­ment pla­cé en ou­ver­ture, pré­vient : la Mule n’a pas vrai­ment en­vie de rire ! ✪✪✪ JEAN-WILLIAM THOURY

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.