Dan­zig

“Black La­den Crown”

Rock & Folk - - Disques Pop Rock - DA­VID FAKRIKIAN

Le dé­mon noir est de re­tour. Moins de deux ans après l al­bum de re­prises “Ske­le­tons”, Dan­zig re­vient, comme re­vi­go­ré par la re­for­ma­tion des Mis­fits en 2016, avec ce pre­mier disque de ma­té­riel ori­gi­nal de­puis sept ans. Blue­sy, do­té d une dy­na­mique so­nore ab­sente des CD ac­tuels mas­sa­crés aux li­mi­teurs, Black La­den Crown est une messe black me­tal, at­mo­sphé­rique et sab­ba­thienne. En­re­gis­tré en duo avec le fi­dèle gui­ta­riste Tom­my Vic­tor de Prong et une ky­rielle de bat­teurs in­vi­tés, par­mi les­quels Joey Cas­tillo et John­ny Kel­ly, “Black La­den Crown” est mid tem­po et groo­vy, sans trai­ner en lon­gueur. Ici, ce ne sont pas les Eagles Of Death Me­tal, mais les Do orsOf De athM et al, sans les cla­viers. Il y a quelques hymnes ins­tan­ta­nés, comme “De­vil On Hwy 9” ou “Last Ride”, pré­vu à l ori­gine pour la bande son de la sé­rie té­lé “The Wal­king Dead” et fi­na­le­ment écar­té. Si ces deux-là ac­crochent à la pre­mière écoute, mais ils ne doivent pas éclip­ser la qua­li­té du reste : comme tou­jours chez Dan­zig, l al­bum gran­dit au fil des écoutes. Avec “Wit­ching Hour”, “Pull The Sun” ou “Skull & Dai­sies”, on est qua­si­ment au ni­veau des mé­mo­rables al­bums “I” à “IV”. Du Dan­zig clas­sique, mais mo­der­ni­sé, mé­lo­dique, avec tou­jours cette voix entre El­vis et Jim Mor­ri­son, par­fois éraillée, qui fait du bien à l âme. Comme tou­jours, l’al­bum est aus­si dis­po­nible dans une va­rié­té de vi­nyles de cou­leurs : noir, jaune, orange, rouge, et splat­ter di­vers. Col­lec­tion­neurs, à vos marques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.