Big Bi­zot

Rock & Folk - - Story -

En février 1980, Mar­quis de Sade fait la cou­ver­ture d’Ac­tuel, en fa­mille... Frank Dar­cel : C’était une idée de Jean-Fran­çois Bi­zot, le ré­dac’ chef. Phi­lippe Pas­cal : Ça de­vait être sur ma vie de fa­mille, mais je n’ai pas vou­lu im­pli­quer mon fils et donc Frank s’y est col­lé. Frank Dar­cel : Mer­ci ! Phi­lippe Pas­cal : Tu étais content, à l’époque, de faire ce truc. Frank Dar­cel : Ouais, mais pu­tain, quand j’ai vu l’ar­ticle... Je n’avais pas dit la moi­tié de ces conne­ries-là !

Phi­lippe Pas­cal : Pour moi, ce n’était pas sé­rieux. En plus, ce n’est pas ma mère qui a po­sé, c’est celle de Ri­chard Du­mas, le pho­to­graphe. N’em­pêche, der­rière ce titre : “Les jeunes gens mo­dernes aiment leur

ma­man”, il y avait tout ce cou­rant mu­si­cal aty­pique qui mon­tait en France. Ça par­tait dans tous les sens : Stin­ky Toys, Sui­cide Ro­meo, Mo­dern Guy, Taxi Girl...

Frank Dar­cel : Et vu le ti­rage d’Ac­tuel à deux cent cin­quante mille, on est pas­sé de salles de trois cent per­sonnes à des salles de six cent. Mer­ci Bi­zot !

Phi­lippe Pas­cal : On a quand même eu des com­men­taires du style : “Re­tour­nez chez vos ma­mans !” Frank Dar­cel : Et des réactions vio­lentes à quelques concerts ! La Ligue Com­mu­niste est ve­nue (rires). Après, on s’est re­trou­vés avec des ser­vices d’ordre dé­me­su­rés. Des clubs de pa­ra­chu­tistes ! Mais ça n’était pas sé­cu­ri­sé, on se pre­nait des ca­nettes en pleine poire. Bon, c’est sûr qu’on est de­ve­nus cé­lèbres un peu grâce à cette cou­ver­ture.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.