No­rah Jones

Rock & Folk - - Dvd Musique -

“LIVE AT RON­NIE SCOTT’S” Eagle Vi­sion

No­rah Jones pos­sède cette qua­li­té rare : elle n’ou­blie pas ce qu’elle doit aux gens qui l’ont mise sur la bonne voie et leur en sait gré. Ain­si, dans l’in­ter­view bonus de ce DVD de concert (éga­le­ment dis­po­nible en Blu-ray), elle rappelle que c’est Bruce Lund­vall, pré­sident du pres­ti­gieux la­bel amé­ri­cain Blue Note, qui lui a mis le pied à l’étrier. Sur­tout, il lui a conseillé de n’en faire qu’à sa tête et son coeur, et de re­fu­ser toute forme de for­ma­tage. Très per­son­nel, son jazz chan­té n’avait pas d’équi­valent lors­qu’elle dé­bute en 2002 et elle a dû, de­puis, tra­cer son propre sillon. Un autre trait de son ca­rac­tère est de l’avoir bien trem­pé et alors que sur scène, à l’ap­proche de la qua­ran­taine, la plu­part des mu­si­ciennes de sa gé­né­ra­tion, avec un bon pe­tit pa­quet d’al­bum der­rière elles, s’en tiennent gé­né­ra­le­ment à un concert best of conve­nu, No­rah ne prend la route que pour jouer des nou­veau­tés. C’est ce qu’elle n’a pas man­qué de faire en 2016 et 2017, lors­qu’avec une for­ma­tion ra­mas­sée, elle a pro­po­sé un set consti­tué aux deux tiers d’ex­traits de “Day Breaks”, son al­bum le plus ré­cent. Au Ron­nie Scott’s à Londres, avec le bas­siste Ch­ris­to­pher Tho­mas et le bat­teur Brian Blade, elle a li­vré ce show in­ti­miste, une belle oc­ca­sion de re­ve­nir aux origines de son art mu­si­cal. Et donc lo­gi­que­ment, après avoir chan­té “Day Breaks” avec ce qu’il faut de blues dans la voix, No­rah Jones a joué deux titres de son pre­mier al­bum (“Don’t Know Why” et “I’ve Got To See You Again”) pour le­quel elle a for­cé­ment une af­fec­tion par­ti­cu­lière, et pas seule­ment par ce qu’elle en a ven­du près de trente mil­lions d’exem­plaires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.