Blues, punk et Captain Beef­heart

Rock & Folk - - Erudit Rock - Ch­ris­tian (cour­riel)

Cher Eru­dit, j’ai­me­rais connaître le par­cours des BEASTS OF BOUR­BON , qui existent tou­jours.

Ori­gi­naires de Syd­ney, The Beasts

Of Bour­bon sont un groupe de rock qui mêle les éner­gies ga­rage, blues, punk et Captain Beef­heart. Au dé­part, c’est une réunion ponc­tuelle de mu­si­ciens ve­nus de dif­fé­rentes for­ma­tions. En août 1983, le chan­teur Gre­go­ry Stephen Tex Per­kins, né le 28 dé­cembre 1964 à Dar­win, re­crute des mu­si­ciens pour pa­lier la dis­pa­ri­tion de Tex Dead­ly And The Dum Dums et ho­no­rer les contrats pas­sés avec des clubs de Syd­ney. La pre­mière mou­ture des Beasts Of Bour­bon com­prend Kim Sal­mon, chan­teur et gui­ta­riste des Scien­tists, né le 24 jan­vier 1957 à Bun­bu­ry, James Ba­ker, bat­teur des Vic­tims, des Scien­tists et des Hoo­doo Gu­rus, né le 7 mars 1954 à Perth, Bo­ris Su­j­do­vic, bas­siste des Scien­tists, et Spencer Pa­trick Jones, gui­ta­riste des John­nys, né à Te Awa­mu­tu, Nou­velle-Zé­lande, en 1956. En oc­tobre 1983, ils en­re­gistrent un pre­mier al­bum, “The Axe­man’s Jazz”, in­cluant une su­perbe ver­sion du “Gra­veyard Train” de Cree­dence Clear­wa­ter Re­vi­val, qui sort en 1984 sur Green Re­cords, puis un 45 tours avec trois re­prises : “Psy­cho” écrit par le chan­teur coun­try Leon Payne, “Good Times” de No­bo­dy’s Chil­dren, un titre ga­rage rock de 1967 et “So­me­times Good Guys Don’t Wear White” des Stan­dells, stan­dard ga­rage de 1966. Les deux der­niers mor­ceaux sont en­re­gis­trés live à Perth en jan­vier 1984 avec Brett Rixon à la bat­te­rie et To­ny Thew­lis à la place de Kim Sal­mon. En 1985, les édi­tions amé­ri­caine et fran­çaise sur Clo­ser de “The Axe­man’s Jazz” in­cluent “Good Times”. Des chan­ge­ments in­ter­viennent quand les Scien­tists quittent l’Aus­tra­lie pour l’Eu­rope. Les Beasts Of Bour­bon cessent leurs ac­ti­vi­tés en juin 1985 alors que les Scien­tists se sé­parent au re­tour de leur sé­jour eu­ro­péen en 1987. Kim Sal­mon forme alors Kim Sal­mon And The Sur­rea­lists avec le bas­siste Brian Hoo­per et le bat­teur To­ny Po­la, James Ba­ker le James Ba­ker Ex­pe­rience et Tex Per­kins par­ti­cipe à l’éphé­mère Sa­la­man­der Jim. Fi­na­le­ment, en mars 1988, Per­kins, Ba­ker, Sal­mon, Jones et Su­j­do­vic ré­ac­tivent Beasts Of Bour­bon : “Sour Mash” (1988) sur Red Eye, qui s’ouvre sur “Hard Work Dri­vin’ Man”, une adap­ta­tion de “Hard Wor­kin’ Man” com­po­sé par Jack Nitzsche et Ry Coo­der pour le film Blue Col­lar et chan­té par Captain Beef­heart. La ver­sion de Beasts Of Bour­bon est un suc­cès en Aus­tra­lie. La même an­née sort un double single, “The Hate In­side”, avec une re­prise de “Moa­ning At Mid­night” de How­lin’ Wolf. Un troi­sième al­bum suit deux ans plus tard, “Black Milk” (1990) avec la re­prise de “Let’s Get Fun­ky” de Hound Dog Tay­lor et la col­la­bo­ra­tion, pia­no et chant, de Louis Tillett. Après les rem­pla­ce­ments de James Ba­ker et Bo­ris Su­j­do­vic par To­ny Po­la et Brian Hoo­per, et l’ar­ri­vée de James Cruick­shank aux cla­viers : “The Low Road” (1991), avec “Cock­su­cker Blues”. Après le mi­ni al­bum live, “Just Right” (1992), pa­raît un double disque avec ex­traits de concerts, in­édits et ra­re­tés : “From The Bel­ly Of The Beasts (Live 91 & 92 And Shit We Didn’t Put Out The First Time)” (1993). Une nou­velle sé­pa­ra­tion sur­vient en 1994, Hoo­per, Po­la et Sal­mon se consa­crant aux Sur­rea­lists, Tex Per­kins à Cruel Sea qu’il avait fon­dé en 1989 et Spencer Jones à son pre­mier al­bum so­lo. En sep­tembre 1996, tout re­part avec Per­kins, Hoo­per, Jones, Po­la et Char­lie Owen, gui­tare, des New Ch­rists et des Di­vi­nyls : “Gone” (1997). La re­for­ma­tion, de courte du­rée, se ter­mine fin 1997, mais la sé­pa­ra­tion ne se­ra pas dé­fi­ni­tive. La for­ma­tion de 1996 en­re­gistre un live en oc­tobre 2003, “Low Life” (2003) sur le la­bel es­pa­gnol Muns­ter, puis un al­bum stu­dio, “Lit­tle Ani­mals” (2007) sur Al­bert, une mai­son de disques aus­tra­lienne. Nou­velle dis­pa­ri­tion en 2008 avant la ré­sur­rec­tion en 2013 pour la ver­sion aus­tra­lienne du fes­ti­val All Tomorrow’s Par­ties et la cé­lé­bra­tion du tren­tième an­ni­ver­saire des Beasts Of Bour­bon pen­dant la­quelle les dif­fé­rentes mou­tures montent sur scène. En té­moi­gnage de ces concerts dans les­quels les mu­si­ciens qui ont fait par­tie du groupe in­ter­viennent à tour de rôle : “30 Years On Bor­ro­wed Time”, un triple al­bum. Der­nière pro­duc­tion en date : “Live From Vi­to­ria-Gas­teiz/ 3 Sept 2005” (2017). James Ba­ker fait par­tie des Du­brov­niks, où fi­gure aus­si Bo­ris Su­j­do­vic, et des Pain­killers. Outre leurs col­la­bo­ra­tions avec dif­fé­rents groupes, Kim Sal­mon, Spencer Jones et Tex Per­kins, ac­com­pa­gné par les Dark Horses, pos­sèdent une discographie so­lo bien rem­plie. Brian Hoo­per a joué avec Ro­land S Ho­ward et réa­li­sé trois al­bums aux­quels par­ti­cipent To­ny Po­la et des membres des Beasts Of Bour­bon. Il est dé­cé­dé le 20 avril 2018 à 55 ans.

Com­pi­la­tion : “Beyond Good & Evil — The Best Of The Beasts Of Bour­bon” (1999) sur Red Eye.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.