Fu­ture ma­man, at­ten­tion au stress

Santé Naturelle - - Sommaire - Ha­jer Ga­bich

Plu­sieurs ma­mans de­viennent stres­sées pen­dant la gros­sesse. Quand cer­taines craignent les dou­leurs de l'ac­cou­che­ment, d'autres ont peur de ne pas pou­voir bien s'oc­cu­per du bé­bé. Ces mo­ments de stress gé­nèrent de la ten­sion, de la peur et de l'ir­ri­ta­bi­li­té. Zoom sur les ef­fets né­fastes du stress pré­na­tal.

Je stresse : c’est grave doc­teur ?

Toute femme en­ceinte connait des pe­tites an­goisses et des chan­ge­ments d'hu­meur au quo­ti­dien. Il n'y a pas de quoi s'in­quié­ter. Tant que ces états d'âme ne re­ten­tissent pas trop sur l'état gé­né­ral de la ma­man, il n'y au­rait pas de dan­ger ni pour elle, ni pour le bé­bé. Mais des dan­gers réels sont liés au stress pen­dant la gros­sesse. Des re­cherches ré­centes montrent que le stress pré­na­tal pour­rait avoir des ef­fets né­fastes sur le dé­rou­le­ment de la gros­sesse et la san­té du foe­tus. Une étude hol­lan­daise, réa­li­sée en 2011 af­firme même que le stress ma­ter­nel pour­rait être as­so­cié à cer­taines pa­tho­lo­gies chez le foe­tus. En ef­fet, le stress gé­nère des sé­cré­tions hor­mo­nales qui peuvent tra­ver­ser la bar­rière pla­cen­taire. Ain­si le cor­ti­sol qu'est l'hormone du stress, se­cré­té par le corps de la ma­man, pour­rait se re­trou­ver dans le sang du bé­bé. Par consé­quent le bé­bé de­vien­drait agi­té et ner­veux. Les émo­tions de la ma­man in­fluencent sys­té­ma­ti­que­ment la san­té et le com­por­te­ment du fu­tur bé­bé. Les émo­tions sont en réa­li­té l'ef­fet ex­té-

rieur qui cor­res­pond à une dy­na­mique chi­mique in­té­rieure, dans le corps cette dy­na­mique chi­mique in­fluence le mé­ta­bo­lisme dans un sens ou un autre. Mais le stress qui sur­vient quand on ap­prend qu'on est en­ceinte n'est pas du tout né­ga­tif. La gros­sesse est une épreuve ex­cep­tion­nelle qui gé­nère tel­le­ment de bou­le­ver­se­ments phy­siques et émo­tion­nels. C'est l'état d'an­xié­té per­ma­nente qui est né­faste aus­si bien à la san­té de bé­bé que celle de ma­man.

Trop de stress nuit à bé­bé

Par­fois, le ni­veau du stress chez cer- taines fu­tures ma­mans aug­mente à cause de cer­taines cir­cons­tances. Le chô­mage, les pro­blèmes fa­mi­liaux ou conju­gaux, ou des évé­ne­ments comme un deuil, peuvent avoir de vé­ri­tables ré­per­cus­sions chez la femme en­ceinte et son foe­tus. Pa­reille­ment, une an­goisse aigue pro­vo­quée par un ac­ci­dent, une ca­tas­trophe na­tu­relle ou un quel­conque évè­ne­ment trau­ma­ti­sant a des ré­per­cus­sions né­ga­tives sur ma­man et bé­bé. Des cher­cheurs ex­pliquent qu'ef­fec­ti­ve­ment ces an­goisses sont as­so­ciées à des com­pli­ca­tions de la gros­sesse telles qu'un ac­cou­che­ment pré­ma­tu­ré, un re­tard de crois­sance chez le foe­tus ou un pe­tit poids à la nais­sance. Fu­ture ma­man, re­te­nez donc que si les pe­tits sou­cis du quo­ti­dien ne sont pas dan­ge­reux, le stress à un ni­veau très éle­vé pour­rait nuire gra­ve­ment à la san­té de votre en­fant. Des pa­tho­lo­gies in­fec­tieuses, des ma­la­dies de l'oreille et des voies res­pi­ra­toires pour­raient être dues au stress ma­ter­nel. Une ré­cente en- quête de l'In­serm af­firme que les bé­bés dont la mère a vé­cu un évé­ne­ment par­ti­cu­liè­re­ment an­gois­sant du­rant la gros­sesse, ont de fortes chances de dé­ve­lop­per de l'asthme et de l'ec­zé­ma. D'autres ef­fets ont aus­si été consta­tés, sur­tout en ce qui concerne les capacités cog­ni­tives (mé­moire et at­ten­tion), émo­tion­nelles et com­por­te­men­tales.

Le stress, je m’en dé­bar­rasse

Pour faire face au stress, la femme en­ceinte doit se fa­ci­li­ter le quo­ti­dien en s'of­frant du re­pos et en man­geant des plats riches et équi­li­brés. Le fait de par­ta­ger ses an­goisses et d'en par­ler avec son en­tou­rage ai­de­rait aus­si la fu­ture ma­man à se dé­bar­ras­ser de ses peurs et des idées noires. La femme en­ceinte doit aus­si bien dor­mir, avoir un som­meil de qua­li­té. Les troubles du som­meil en­gendrent fa­tigue et stress. En pré­pa­rant le trous­seau du bé­bé, la ma­man de­vrait se pré­pa­rer aus­si bien ma­té­riel­le­ment que psy­cho­lo­gi­que­ment à ac­cueillir un nou­veau membre dans la fa­mille. Faire une liste et cal­cu­ler ap­proxi­ma­ti­ve­ment les dé­penses pré­vues per­met­trait éga­le­ment d'éclaircir ses idées et donc de ne pas avoir de sur­prises. Avoir du temps libre est né­ces­saire, la femme en­ceinte a be­soin de prendre soin d'elle, se faire belle chez une es­thé­ti­cienne ou tout sim­ple­ment à la mai­son. Re­laxer en s'of­frant un mas­sage de temps en temps. La re­laxa­tion est es­sen­tielle pen­dant la gros­sesse et plu­sieurs tech­niques et mé­thodes sont pro­po­sées : so­phro­lo­gie, hap­to­no­mie (ou tou­cher af­fec­tif), mu­si­co­thé­ra­pie, mé­di­ta­tion, yo­ga, etc.

La re­laxa­tion est es­sen­tielle pen­dant la gros­sesse plu­sieurs tech­niques et mé­thodes sont pro­po­sées : so­phro­lo­gie, hap­to­no­mie (ou tou­cher af­fec­tif), mu­si­co­thé­ra­pie, mé­di­ta­tion, yo­ga, etc.

Ma­man doit ap­prendre à sur­veiller et ré­par­tir les tâches au lieu de tout faire toute

seule.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.