Énigmes de l’his­toire

Mar­co Po­lo, ex­plo­ra­teur ou fa­bu­la­teur ?

Secrets d'Histoire - - Sommaire -

Mar­co Po­lo, l’homme qui a fait dé­cou­vrir l’Asie aux Eu­ro­péens grâce à son livre « Le De­vi­se­ment du monde », a-t-il vrai­ment vu tout ce qu’il dé­crit ? « Qui ne l’a pas vu ne pour­rait le croire », ré­pète le Vé­ni­tien au fil des pages pour pré­ve­nir l’in­cré­du­li­té que ses des­crip­tions fan­tas­tiques ne man­que­ront pas de sus­ci­ter. Jus­te­ment, alors que son ou­vrage est un vé­ri­table best-seller sur tout le Vieux Conti­nent, cer­tains crient à l’im­pos­ture. Par An­tho­ny Dhen­ne­quin

Dès la pa­ru­tion du « De­vi­se­ment du monde », après le re­tour d’Orient de Mar­co Po­lo, des voix s’élèvent pour mettre en doute la réa­li­té de ses voyages. La po­lé­mique re­bon­dit près de sept siècles plus tard, dans le mi­lieu des an­nées 1990, avec le livre de Frances Wood, « Mar­co-Po­lo est-il al­lé en Chine ? », dans le­quel l’uni­ver­si­taire soup­çonne le Vé­ni­tien de s’être ar­rê­té au bord de la mer Noire où il au­rait ren­con­tré des mar­chands et com­pi­lé leurs ré­cits. Cette thèse a de­puis été re­prise par de nom­breux cher­cheurs qui mettent en doute le voyage de Mar­co Po­lo.

Entre autres ar­gu­ments, ils s’étonnent du fait qu’il ne fasse au­cune men­tion de la Grande Mu­raille, de l’uti­li­sa­tion de ba­guettes pour man­ger ou de la dé­gus­ta­tion du thé, des­quelles un ex­plo­ra­teur eu­ro­péen du XIIIe siècle n’au­rait pas man­qué de s’émer­veiller. Plus sus­pect en­core, il dé­crit des créa­tures fan­tas­tiques, chi­mères, cy­clopes et hommes chiens : « On trouve quelques hommes qui ont une queue comme un chien, de la lon­gueur d’une paume ; mais ils se re­tirent dans les mon­tagnes. Il y a aus­si des li­cornes et plu­sieurs autres sortes d’ani­maux […] » (livre III, cha­pitre 28). Tous ces élé­ments, et bien d’autres, posent en ef­fet ques­tion et ins­til­lent le doute.

Une en­fance no­made

Mar­co, né à Ve­nise en 1254, gran­dit sans son père, Nic­co­lo, mar­chand spé­cia­li­sé dans le com­merce avec l’Orient par­ti avec son frère Mat­teo peu de temps après sa nais­sance. Les deux né­go­ciants ont fait route vers l’est afin de re­bâ­tir leur for­tune fa­mi­liale, per­due après que les By­zan­tins ont chas­sé les Vé­ni­tiens de Cons­tan­ti­nople. Ce pé­riple les a me­nés à ren­con­trer Ku­bi­lay Khan, em­pe­reur mon­gol et fon­da­teur de la dy­nas­tie Yuan en Chine, qui les a char­gés de trans­mettre une lettre au pape. De re­tour à Ve­nise, Nic­co­lo em­mène son fils de 15 ans à la ren­contre de ce­lui à qui il doit trans­mettre la mis­sive du Khan. Hé­las ! Clé­ment IV vient de mou­rir. Ils doivent at­tendre l’élec­tion de Grégoire X, deux ans plus tard, pour s’ac­quit­ter de la mis­sion. Mais la fa­meuse lettre n’a ja­mais été re­trou­vée.

Un livre dic­té en pri­son

Mar­co Po­lo se se­rait en­suite ren­du en Chine avec son père et son oncle, en pas­sant par le golfe Per­sique puis en sui­vant la route de la soie. Une fois sur place, il se­rait de­ve­nu en­quê­teur et mes­sa­ger pour Ku­bi­lay, im­pres­sion­né par l’éru­di­tion du jeune homme. Quoi qu’il en soit, il est bel et bien fait pri­son­nier par les Gé­nois, en 1296, au large de la Tur­quie. Et c’est en pri­son qu’il ren­contre Rus­ti­chel­lo de Pise, à qui il dicte ses sou­ve­nirs. Sou­ve­nirs ou in­ven­tions ? Pour étayer la vé­ra­ci­té de son récit, on peut avan­cer que ses in­vrai­sem­blances se­raient tout sim­ple­ment dues aux li­ber­tés prises par le ré­dac­teur, mais aus­si à la tra­di­tion de l’époque qui mêle tou­jours l’ex­tra­or­di­naire au réel. En outre, le do­cu­ment ori­gi­nal a dis­pa­ru et les textes controversés sont donc apo­cryphes, et pour­raient être à l’ori­gine des er­reurs dé­criées. En­fin, les ar­chives lo­cales de l’époque font bien men­tion d’un cer­tain « Po-Lo » ita­lien ser­vant à la cour du Khan. S’agit-il bien de Mar­co Po­lo, le plus cé­lèbre des mar­chands ita­liens ? En tout cas, ces ar­chives, qui tendent à confir­mer l’exac­ti­tude de nom­breux évé­ne­ments et des­crip­tions du « De­vi­se­ment du monde », laissent en­tier le doute.

Mar­co Po­lo (1254-1324) voya­geur et ex­plo­ra­teur vé­ni­tien, gra­vure ita­lienne de 1820.

Les voyages de Mar­co Po­lo. Gra­vure sur cuivre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.