Une dy­nas­tie cen­te­naire

Si les An­glais peuvent se van­ter de pos­sé­der une mo­nar­chie par­le­men­taire très an­cienne, le nom que porte la fa­mille ré­gnante ac­tuelle est une créa­tion ré­cente. La Mai­son Windsor est née il y a tout juste un siècle, dans la tour­mente de la Pre­mière Guerre

Secrets d'Histoire - - AU COEUR DE L’HISTOIRE - Par Béa­trice Dang­van

Il est 13 heures, ce sa­me­di 2 juin 2012, quand 41 coups de ca­nons re­ten­tissent dans Londres. Ils marquent le coup d’en­voi de quatre jours de fes­ti­vi­tés en l’hon­neur des 60 an­nées de règne d’Éli­sa­beth II. La reine qui cé­lèbre à 86 ans son ju­bi­lé de dia­mant fait un peu plus tard son ap­pa­ri­tion au tra­di­tion­nel Der­by d’Ep­som, tout sou­rire et vê­tue de bleu. Le len­de­main, c’est une foule en­thou­siaste qui se presse le long de la Ta­mise pour as­sis­ter à la spec­ta­cu­laire pa­rade nau­tique. Un mil­lier de ba­teaux ve­nus du monde en­tier, du kayak au ba­lei­nier, vont y dé­fi­ler avec à leur tête l’em­bar­ca­tion sur la­quelle les Windsor au grand com­plet sa­luent la foule. On es­time à un mil­lion le nombre de Bri­tan­niques qui ont fait le dé­pla­ce­ment. Il y a 120 ans, en 1897, la reine Vic­to­ria avait cé­lé­bré le sien. L’évé­ne­ment avait fait dé­pla­cer à peu près le même nombre de cu­rieux.

De Saxe-Co­bourg-Go­tha à Windsor En ce dé­but du xxie siècle, la mo­nar­chie bri­tan­nique semble donc tou­jours aus­si po­pu­laire qu’au temps de Vic­to­ria.

Le dé­co­rum de ces ma­ni­fes­ta­tions ne laisse pas de­vi­ner une dif­fé­rence dis­crète mais de taille. La dy­nas­tie ré­gnante a sim­ple­ment chan­gé de nom. De­puis 1917, par la vo­lon­té du roi George V, elle se nomme Windsor, et Éli­sa­beth II n’est que le qua­trième mo­narque à la re­pré­sen­ter.

Une cou­ronne très peu an­glaise L’une des cu­rio­si­tés de la mo­nar­chie bri­tan­nique est qu’elle a été très peu an­glaise.

Il faut re­mon­ter à Ha­rold II, en 1066, pour trou­ver un roi vé­ri­ta­ble­ment an­glo-saxon sur son trône. En­core ce roi fut-il vain­cu la même an­née à la ba­taille d’Has­tings, et son suc­ces­seur fut un Nor­mand : Guillaume le Conqué­rant ! La mo­nar­chie pas­sa en­suite aux An­ge­vins (les Plan­ta­ge­nêt, les Lan­castre, les York), aux Gal­lois (les Tu­dor), aux Écos­sais (les Stuart) puis aux Néer­lan­dais (les Orange-Nas­sau). Elle fi­nit par échoir aux Al­le­mands à par­tir de 1714 : les Ha­novre ré­gnèrent alors. Ils étaient is­sus d’une branche d’une an­cienne dy­nas­tie ger­ma­nique, la mai­son de Wit­ten. En­fin, leurs suc­ces­seurs furent les Saxe-Co­bourg-Go­tha lors­qu’au tout dé­but du xxe siècle mon­ta sur le trône le fils aî­né de la reine Vic­to­ria et d’Al­bert de Saxe-Co­bourg, Édouard VI. En 1917, en pleine guerre contre son cou­sin al­le­mand Guillaume II, le roi George V com­prit qu’il était temps de faire ou­blier les ori­gines ger­ma­niques de la fa­mille.

En 1897, la reine Vic­to­ria cé­lé­brait son ju­bi­lé de dia­mant (60 ans de règne).

Pho­to­shot / UPPA / Vi­sual Press Agen­cy

Le 4 juin 2014, Éli­sa­beth II ar­rive au par­le­ment dans le car­rosse de son ju­bi­lé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.