La fin des illu­sions

Dans la deuxième par­tie de sa vie, la Grande Ma­de­moi­selle voit son rêve d’épou­ser Louis XIV s’en­vo­ler. Puis, pen­dant quinze ans, elle se­ra le jouet d’un sé­duc­teur ma­ni­pu­la­teur.

Secrets d'Histoire - - AU COEUR D’UNE VIE -

En 1657, après cinq ans d’exil au châ­teau de Saint-Fargeau, Anne-Marie Louise re­trouve en­fin les di­ver­tis­se­ments de la Cour. Elle a 30 ans et, dé­sor­mais ré­con­ci­liée avec Louis XIV âgé de 19 ans, elle ima­gine tou­jours pou­voir un jour l’épou­ser. Ses es­poirs s’éva­nouissent le 9 juin 1660. Il se marie avec Marie-Thé­rèse d’Au­triche à SaintJean-de-Luz. Ma­de­moi­selle est pré­sente. Dans ses mé­moires, elle se contente de dé­crire la cé­ré­mo­nie. Elle pré­cise néan­moins : « La pre­mière chose qu’ils firent, le roi et elle, fut de me re­gar­der, sans faire au­cune mine tou­te­fois de me connaître ; je les re­gar­dai aus­si. Le roi avait bonne mine ; il n’était pas beau, l’air vieux et cas­sé. L’in­fante me pa­rut res­sem­bler à la reine en jeune ; elle me plut ex­trê­me­ment. »

Anne-Marie Louise d’Or­léans. Pein­ture de l’école Pierre Mi­gnard, châ­teau de Ver­sailles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.