REN­CON­TRE AVEC MON­STA

Ski Magazine - - Artiskitique -

Com­ment se sont déroulés pour toi ces 2 pro­jets en sta­tion ? Mon­sta : plutôt très bien de manière générale. L’ac­cueil était sympa et c’est tou­jours in­téres­sant d’aller pein­dre là où on n’a pas l’habi­tude de voir nos pièces. Et puis ça a per­mis de faire quelques con­nex­ions avec cer­tains artistes égale­ment présents sur les événe­ments, donc bien cool. Quel est le for­mat le plus agréable à pein­dre (murs, totem) ? Mon­sta : le totem était in­téres­sant pour le côté atyp­ique du sup­port et la col­lab­o­ra­tion en­tre un sculp­teur et un pein­tre, mais à choisir en­tre ce vol­ume (le totem) et un mur, je choi­sis le mur. L’es­pace d’ex­pres­sion est plus vaste et c’est vrai­ment un sup­port vierge con­traire­ment à la sculp­ture où un tra­vail en amont est déjà ef­fec­tué. Les con­di­tions de pein­dre à la bombe en al­ti­tude. Ce n’est pas dur ? Mon­sta : pas par­ti­c­ulière­ment, mais ça peut pi­quer les doigts au bout d’un mo­ment. Et le spray avec des mou­fles, c’est tendu… Si c’était à re­faire ? Mon­sta : moi j’y re­tourne volon­tiers, surtout si on me laisse pein­dre ce que je veux. Par con­tre, la prochaine fois j’es­saie de squat­ter un peu plus longtemps, avec les skis et le for­fait en poche ! À re­faire sans prob­lème, surtout que le cadre n’est quand même pas vi­lain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.