FREERIDE WORLD QUAL­I­FIER

Ski Magazine - - Sommaire - Par De­nis For­tuné - Pho­tos Mathieu Ros sauf men­tions

POUR LES NULS Une compétition ou­verte à tous, pour se frot­ter au gratin du freeride in­ter­na­tional.

Cet hiver, la Russie ac­cueillera les XXIIe Jeux olympiques d’hiver. Si vous êtes pas­sionné de ski vous avez peut-être rêvé un jour de vous mesurer aux meilleurs ath­lètes mon­di­aux. Sur piste, il faut faire par­tie d’une struc­ture of­fi­cielle, avoir suivi la trace : ski club, sport-étude, équipe de France. En re­vanche, il vous reste une chance de l’autre côté de la mon­tagne, en pas­sant sous les filets, le Freeride World Tour (FWT) vous ou­vre ses portes… Mais avant, il fau­dra faire vos preuves sur le Freeride World Qual­i­fier (FWQ).

On a voulu véri­fier si cette compétition était vrai­ment ou­verte à tous, et pour cela, il nous fal­lait trou­ver un cobaye qui ac­cepte ce chal­lenge. De­nis, notre dernière re­crue, part ainsi cette an­née avec son équipe, Boris et Fred, pour un pro­jet nommé Mo­ti­va­tion(s) montrant le par­cours de trois rideurs « lambda » sur l'édi­tion 2014 du Freeride World Qual­i­fier (FWQ2014). On pourra les suivre sur www.mo­ti­va­tion-freeride.com et ils ont ac­cepté de partager leurs ex­péri­ences tout au long de la sai­son, et nous parlent ici de la 1re phase, celle qui les fera passer de la sit­u­a­tion de sim­ples spec­ta­teurs à celle de rideurs au som­met d’une face, dos­sard sur le dos.

ÉTAPE 1

: L’IN­SCRIP­TION

Ren­dez-vous sur la page du FWQ, sur le site du FWT www.freeride­world­tour.com/fwq.html, jusque-là vous êtes bien as­sis dans votre canapé, une souris à la main, et vu d’ici on sem­ble bien loin de la pres­sion, des sports ex­trêmes, de la compétition, pour­tant c’est bien ici et main­tenant que tout com­mence. Cela peut paraître an­odin, mais la pre­mière dif­fi­culté est bel et bien de s’in­scrire. Cha­cun sa mo­ti­va­tion ; sponsoring, défi per­son­nel, échec en FIS, fin de car­rière freestyle, il y a au­tant de mo­tifs qu’il y a de rideurs, mais quelle qu’elle soit, il est con­seillé de con­naître LA rai­son qui vous pousse avant de vous lancer, ça vous aidera lors des coups de blues, des chutes, des juge­ments in­com­pris, mais surtout à pousser sur les bâ­tons, en haut de la face le jour J… L’in­scrip­tion en elle-même est des plus sim­ple : en quelques clics et quelques eu­ros vous voilà ath­lète of­fi­ciel du FWQ. Deux op­tions s’of­frent à vous. Après avoir choisi votre zone géo­graphique( 1), puis votre na­tion, vous avez le choix en­tre une li­cence « type course » pour une seule manche, « FWQ One Event » (8 €) et une li­cence « sai­son » pour au­tant de manches voulues, « FWQ Tour » (25 €). Une brève res­pi­ra­tion et quelques clics en https plus tard, vous voilà ath­lète of­fi­ciel du FWQ, avec un numéro d’im­ma­tric­u­la­tion et un comp­teur points (à 0 pour l’in­stant).

ÉTAPE 2 : LA PRÉ­PA­RA­TION

Sur ce point cha­cun est libre, mais si vous croyez que les rideurs passent leurs journées à boire des bières après le ski en at­ten­dant le prochain shoot­ing de l’une ou l’autre des mar­ques de bois­sons én­ergé­tiques, ac­com­pa­g­nés de man­nequins à damner un saint, vous avez tort. Sur une compétition de freeride, il n’y a qu’une chose dont vous pou­vez être sûr ; c’est vous. Le reste n’est qu’in­cer­ti­tudes ; météo, con­di­tions de neige, place de dé­part (une face ne se skie ab­sol­u­ment pas de la même façon que vous par­tiez pre­mier ou dans les derniers). Dans le vous, j’in­clus égale­ment votre matériel : à moins d’avoir un staff, ce sera à vous de le véri­fier, de farter, de checker vos fixations, etc. Quel dom­mage de réus­sir un su­perbe run et de déchausser bête­ment à deux pas de l’aire d’ar­rivée, pour­tant ça ar­rive, et même aux meilleurs. Évidem­ment je parle surtout de pré­pa­ra­tion physique, car on sup­pose qu’à ce stade vous avez le niveau en ski. Ex­em­ple de prépa physique sur 3 mois ef­fec­tuée par Fred de Mo­ti­va­tion(s), avec l’aide d’un pré­para­teur physique : > Les 2 pre­mières se­maines sont axées sur un tra­vail car­dio-vas­cu­laire à rai­son de 3 fois par se­maine. Un ex­em­ple d’ex­er­cice de

car­dio est le fameux 10/10 avec un sprint de 10 sec­on­des puis 10 sec­on­des de re­pos, pen­dant 3 min­utes en tout, et on répète le cy­cle 4 fois. Cette étape est pré­para­toire aux 6 se­maines suiv­antes pour pou­voir aug­menter le vol­ume de tra­vail au fil des se­maines. > En­suite les 3e et 4e se­maines on va réaliser un gros tra­vail de puis­sance et de ré­sis­tance au niveau des jambes (demisquat, chaise, etc.), in­dis­pens­able à la pra­tique du ski freeride. L’en­traîne­ment auxquelles vous souhaitez par­ticiper, et faites cela le plus en avance pos­si­ble ; les places sont chères et, bien sou­vent, le pre­mier ar­rivé est le pre­mier servi. Une fois que vous au­rez choisi vos manches, In­ter­net, les réseaux so­ci­aux et l’or­gan­i­sa­tion (oui par­fois, et quand c’est le cas, elle le fait très bien), vous aideront à pré­parer votre trip.

LES ÉTAPES IN­CON­TOURN­ABLES VERBIER FREERIDE WEEK

(11-19 jan­vier 2014) Ce fut à la fois une nou­veauté, et un des ren­dez-vous phare sur la sai­son 2012-2013. La Verbier Freeride Week re­vient cette sai­son avec quelques change­ments, mais tou­jours le même ob­jec­tif, permettre aux nou­veaux venus de mar­quer des points pour re­mon­ter dans la seed list (voir en­cadré) et ainsi par­ticiper à un plus grand nom­bre de manches. monte jusqu’à 6 séances par se­maine. > La 5e se­maine on laisse les cuisses un peu tran­quilles et on axe le tra­vail sur la préven­tion des blessures avec beau­coup de pro­pri­o­cep­tion et de ren­force­ment des ab­dom­inaux et des dor­saux. En ef­fet, lors d’un run de freeride le skieur subit des con­traintes très im­por­tantes au niveau des genoux et la chute peut vite ar­river avec mal­heureuse­ment les con­séquences que cela im­plique. Un gainage con­séquent Le principe : sur une se­maine pas moins de six manches « 2 étoiles » afin d’en­granger un max­i­mum de points pour la sai­son. Chaque rideur pourra par­ticiper à trois manches, et seront choi­sis en pri­or­ité ceux qui seront présents toute la se­maine. À la fin de la se­maine, les 30 meilleurs rideurs s’af­fron­teront sur une su­per fi­nale « 3 étoiles ». En par­al­lèle, des soirées ont lieu tous les soirs, les com­péti­teurs ri­dant un jour sur deux, et un test ski/snow per­me­t­tra aux plus curieux de tester le matos de leurs con­cur­rents… 100 places par jour de compétition, 80 €/ compétition, ouf heureuse­ment on ne peut pas toutes les faire !

LES TEM­MOS « FRENCH FREERIDE SE­RIES »

Bonne nou­velle pour les rideurs français, cette sai­son, 7 manches françaises du FWQ sont au pro­gramme, et con­stitueront une per­met donc de min­imiser ces risques. > En­fin, les trois dernières se­maines vont ressem­bler aux trois précé­dentes, en ax­ant en­core plus sur le gainage (les mêmes ex­er­ci­ces mais en dy­namique et non plus en sta­tique), mais le vol­ume de tra­vail sera en­core plus in­tense. En­fin, la lo­gis­tique est im­por­tante si vous voulez pou­voir vous con­cen­trer unique­ment sur votre ski lorsque vous serez sur place. Com­mencez par une sélec­tion des manches sorte de cham­pi­onnat na­tional, les « Tem­mos French Freeride Se­ries ». Evo­lu­tion2, bien connu pour avoir or­gan­isé les Grands Raids Gore-Tex du­rant 20 ans, sera aux com­man­des. Ci-dessous les manches déjà validées au cal­en­drier, cer­taines étant en­core en at­tente à la date où nous im­p­ri­mons. Plus d’in­fos sur www.tem­mos­freeride.com/ Retrou­vez le re­portage com­plet dans Ski mag hors-série n°16. > La Clusaz (11-12 jan­vier 2014) Niveau : ★★ RDV sur le mas­sif de Balme pour cette 1re manche de la sai­son. > Cha­monix (1er et 2 février 2014) Niveau : ★★ Au-delà du fait de pou­voir y scorer pour le FWQ, par­ticiper à une compétition de freeride à Cha­monix, ça vaut déjà le dé­place­ment, tous les spon­sors (et les Sué­doises) au­ront

les yeux fixés sur vous et, avec un peu de chance vous au­rez d’aussi bonnes con­di­tions que l’an passé (soleil et neige), l’or­gan­i­sa­tion ayant à juste titre re­poussé l’event d’une se­maine. > Tignes (8 février 2014) Niveau : ★★ La sta­tion de Tarentaise n’en est pas à sa pre­mière compétition de freeride puisque le FWT y a déjà fait étape. Ici c’est une épreuve « 2 étoiles » qui vous at­tend. Ou­bliez les X Games, Tignes re­vient à ses pre­mières amours et at­tend le cham­pion français qui pren­dra la relève de Guerlain. > Avo­riaz (15-16 mars 2014) Niveau : ★★ À ce jour, peu d’in­fos ont fil­tré sur cette nou­velle étape, mais une chose est sûre, le FWQ passera par les Portes du Soleil cette sai­son. RDV en mars pour un event « 2 étoiles ». > La Plagne (5 avril 2014) Niveau : ★ Pour clô­turer la sai­son française, un petit tour par La Plagne pour un event « 1 étoile ». C’est le bon plan pour ceux qui veu­lent se lancer en 2015, l’oc­ca­sion de mar­quer des points et de se faire une idée, à un mo­ment de la sai­son où vous de­vriez avoir les cuisses af­fûtées.

DEUX AUTRES MANCHES DE ZONE

> El Do­rado Freeride (21-24 février 2014) Niveau : ★★★★ Lieu : Ordino Ar­calis (Pyrénées es­pag­noles) www.el­do­rad­ofreeride.com L’El Do­rado Freeride est une compétition qui fê­tait ses 15 ans la sai­son passée, pour dé­cou­vrir l’am­biance épicée du Sud-Ouest c’est par là, olé ! En tout cas que vous y ve­niez pour la vie noc­turne ou que vous soyez un colon en quête d’or blanc, l’Eldorado est une bonne ex­cuse pour dé­cou­vrir d’autres mon­tagnes que les Alpes et le freeride sauce épicée. > Nen­daz Freeride (14 – 16 mars 2014) Niveau : ★★★★ - Lieu : Nen­daz (Suisse) www.nen­dazfreeride.ch S’il vous reste des sous et des jours de con­gés, et surtout si vous avez as­sez de points pour vous y in­scrire, alors on ne peut que trop vous con­seiller Nen­daz. La compétition a lieu sur la célèbre face du mont Gond où les sauteurs de bar­res pour­ront s’en don­ner à coeur joie. Mais ce que l’on vient avant tout chercher à Nen­daz c’est le fameux « spirit », et on sent ici tout l’esprit des premiers rassem­ble­ments freeride. Cette sai­son, la compétition monte d’un cran, pas­sant d’un classe­ment « 3 étoiles » à « 4 étoiles » pour un plateau en­core plus relevé. L’épreuve se déroule sur deux jours avec deux runs de qual­i­fi­ca­tion et un de fi­nale. Pour ré­sumer, open ne sig­ni­fie pas plus facile, et la pré­pa­ra­tion est une étape essen­tielle pour prof­iter pleine­ment de l’ex­péri­ence of­ferte par le FWQ, qui est de permettre à « tout le monde » de par­ticiper au cham­pi­onnat du monde. Avec plus de moyens et de temps on peut en­vis­ager de par­ticiper à plus de manches, l’es­sen­tiel étant de ne pas brûler les étapes… Main­tenant vous avez jusqu’à début jan­vier pour vous pré­parer, et qui sait vous retrou­ver vous aussi en haut de la face, avec Boris, Fred et De­nis ! Mo­ti­va­tion(s) !

P. 22

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.