HÉLISKI ET SÉCU­RITÉ

Ski Magazine - - Enquête -

Par­tir en héliski c’est aussi ac­cepter de skier des faces qui ne con­nais­sent pas de PIDA (Plan d'in­ter­ven­tion de dé­clenche­ment des avalanches). La sécu­rité est donc un as­pect pri­mor­dial de l’ex­péri­ence. Éric Car­quil­lat, boss de la base Pure Ski Com­pany de Sestriere, et guide depuis 33 ans, nous présente ce qui pour lui est le B.A.BA. www.pures­ki­com­pany.com/fr Pour un niveau de sécu­rité max­i­mum, les lead guides de la journée choi­sis­sent les it­inéraires en fonc­tion de la qual­ité et de la sta­bil­ité de la neige. Tous les par­tic­i­pants sont équipés de sacs ABS, pelle et son­des et de sacs DVA dernière généra­tion. Les guides sont aussi équipés de ra­dios et de télé­phones satel­lites pour avoir un con­tact per­ma­nent avec la base. Nos pi­lotes sont tous su­per en­traînés et avec plusieurs mil­liers d’heures de vol en mon­tagne à leur ac­tif. Ils con­nais­sent par­faite­ment les mon­tagnes où ils opèrent, ce qui fa­cilite la ges­tion et l’op­ti­mi­sa­tion des de­scentes avec nos guides. Un plan vol jour­nalier est dé­posé aux in­stances com­pé­tentes. Chaque héli­cop­tère dis­pose d’un kit de survie, ra­dio, télé­phone satel­lite, GPS. Ski Mag­a­zine : Com­ment véri­fiezvous la sta­bil­ité d’une face ? Éric Car­quil­lat : Nous véri­fions le man­teau neigeux depuis la pre­mière chute de neige au mois d’oc­to­bre générale­ment, et ce jusqu’au mois de mai. En­suite, les guides éval­u­ent le man­teau neigeux chaque jour dans les dif­férentes faces par le test com­pres­sion (CT). Ski Mag : Après véri­fi­ca­tion, qui dé­cide au fi­nal si l’hélico dé­colle ou pas ? E. C. : Nous met­tons en oeu­vre tous les jours un niveau de risque pour ac­tiver une journée d’héliski. D’une manière très col­lé­giale, tous les matins au « meet­ing guide» chaque secteur est analysé à la loupe, et on dé­cide quelles pentes et quels it­inéraires seront skiés dans la journée. La dé­ci­sion fi­nale re­vient au lead guide de la journée. Ski Mag : Com­ment sont en­cadrés les clients ? E. C. : Nos clients sont en­cadrés par des guides de haute mon­tagne et des moni­teurs de ski ou de snow­board tous spé­cial­isés et for­més pour la pra­tique du ski hors-piste en héli­cop­tère. Le niveau de ski con­seillé pour ac­céder à nos ac­tiv­ités d’héliski est un niveau 3 in­ter­na­tional sur piste. Ski Mag :Trois con­seils pour choisir sa base héliski ? E. C. : La so­ciété d’héli­cop­tère ou l’or­gan­i­sa­tion doit avoir toutes les au­tori­sa­tions de vol en mon­tagne. Un cer­ti­fi­cat aérien ne suf­fit pas, il faut avoir un cer­ti­fi­cat de trans­port pas­sager en zone hos­tile (peu de com­pag­nies en Europe ont ce pré­cieux sésame). Pour ce qui est de l'héli­cop­tère, le mieux ce sont les Écureuils AS350 B3 et toutes leurs ver­sions. L’or­gan­isa­teur doit aussi avoir une li­cence d’opéra­teur de voy­age et de séjour pour pou­voir pro­poser un pa­quet tout com­pris, car en cas d’ac­ci­dent seul un or­gan­isa­teur de ce type pourra faire face aux désagré­ments. L’en­cadrement des clients doit être fait par un guide ou un moni­teur de ski pour 4 per­son­nes. Sacs ABS com­plet (pelle et sonde) et DVA pour tous !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.