STATISKI

Ski Magazine - - Sommaire -

Une nou­velle rubrique qui aborde la mon­tagne coté chiffres, par Jérome Fol­liet aka @globeskieur

Un an après la polémique au sujet de la longueur des pistes lancée par une étude du con­sul­tant alle­mand Christoph Schrahe, dont Ski Mag­a­zine s’était fait l’écho, où en est- on ? Sou­venez- vous : grâce à Google Earth, Christoph avait mesuré une à une les pistes de ski en Europe et trouvé des chiffres gon­flés en moyenne de 34 %. À l’ap­proche de la sai­son 2013- 2014, on avait même frisé le bad buzz. Mais la pe­tite bombe mé­di­a­tique a rapi­de­ment été désamor­cée. Une sai­son a passé : qu’est de­venu l’ar­gu­ment com­mer­cial numéro un des do­maines ski­ables eu­ropéens ? 34 % d’ex­agéra­tion en moyenne, cela sig­ni­fie qu’un do­maine ski­able ayant 75 “vrais” kilo­mètres de pistes peut sans com­plexe être ar­rondi à la cen­taine supérieure. Franchir le seuil fa­tidique des 100 kilo­mètres de pistes per­met de gag­ner en vis­i­bil­ité auprès des tour op­er­a­tors étrangers. Mais cer­tains ont même des chiffres par­fois plus que dou­blés, comme nous l’ap­pre­nait M. Schrahe. Une ex­agéra­tion bien au- delà de l’em­phase tolérable en matière de pub­lic­ité, donc. Le but de ce dossier n’est pas de mon­trer à nou­veau du doigt ceux qui se sont fait pren­dre la mou­fle en­tière dans le pot de con­fi­ture, mais plutôt de faire le bi­lan et saluer des évo­lu­tions at­ten­dues depuis longtemps. Dans cette crise, on a pu ob­server trois temps, par lesquels toutes les sta­tions ne sont pas passées. D’abord, on a noté du dé­tache­ment ; puis, cer­tains do­maines ont préféré s’ex­pli­quer publique­ment ; en­fin, quelques pion­nières ont choisi la voie de l’in­no­va­tion. Les sta­tions con­cernées n’ont d’abord pas com­pris le battage mé­di­a­tique au­tour de la longueur de leurs pistes. Pour la sim­ple et bonne rai­son qu’elles ne l’ont pas vu venir : les chiffres af­fichés en 4 mètres par 3 à l’au­tomne dans le couloir de métro des gran­des ag­g­los sont les mêmes depuis si longtemps. Il en est par ex­em­ple ainsi des Trois Val­lées qui an­nonçaient déjà 600 kilo­mètres dans les an­nées 90. Dans ce cas, si la sit­u­a­tion était la même depuis tout ce temps, les skieurs, en tant que con­som­ma­teurs avisés, de­vraient être ca­pa­bles de faire la part des choses. Qui parmi vous ne s’en doutait pas déjà un peu ? La plu­part des sta­tions ont donc tout na­turelle­ment ig­noré : c’était business as usual, pen­sant que ça al­lait se tasser.

( voir ci- dessus) www. ischgl. com/ de/ ac­tive/ skige­biet/ pis­ten-an­la­gen/ pis­ten­laen­gen Méthode a : longueur avec vi­rages = 238 km Méthode b : longueur tout schuss = 172 km Méthode c : longueur en plan hor­i­zon­tal = 163 km Pub­lic­ité trompeuse con­tre risque de mau­vaise pub­lic­ité : voy­ant le dan­ger ar­river ( bad buzz ou ju­ridique), cer­taines sta­tions ont senti l’ur­gence de pren­dre po­si­tion. Di­verses raisons ont alors été don­nées : tronçons de pistes com­muns compt­abil­isés plusieurs fois, prise en compte des vi­rages des skieurs « car on ne skie ja­mais tout schuss » : des méth­odes plus ou moins sci­en­tifiques cen­sées jus­ti­fier des chiffres qu’il fal­lait à tout prix garder. En ef­fet, fin septem­bre, il est trop tard pour rééditer des dizaines de mil­liers de brochures et autres plans des pistes déjà par­tis à l’im­pres­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.