ÉDITO

Ski Magazine - - Sommaire - Mathieu Ros Me­d­ina

La peur de la chute.

Les évène­ments des mois passés mon­trent que par­fois, le pire n’est pas seule­ment prévis­i­ble, mais aussi in­éluctable. Et comme sou­vent, la vie et le ski se re­joignent pour ne faire qu’un. Prenons le cas de la chute. Il ne faut que quelques mil­lisec­on­des au cerveau pour en­reg­istrer les in­for­ma­tions fa­tales, les af­fole­ments de mil­liards de neu­rones, qui con­duisent élec­trique­ment l’in­for­ma­tion : on va tomber. Le corps se raidit, les mus­cles se ten­dent, on n’est plus un skieur, on est un an­i­mal en train de chuter. Et on a beau se ras­surer, tran­quille­ment as­sis dans un canapé, ou dans un train, at­tablé peut-être, au chaud avec un bon café, la chute ne serait pas une fa­tal­ité, on se sou­vient de toutes les fois où on s’en est sorti, ra­menant mirac­uleuse­ment son ski dans l’axe, reprenant in ex­tremis la bonne po­si­tion, récupérant à la dernière sec­onde son cen­tre de grav­ité. Mais il en va de même avec ces ex­cep­tions que dans la vie de tous les jours : on se cache la vérité crue en se sou­venant en pri­or­ité des bons mo­ments. Sou­venezvous, la prochaine fois que vous tombez, de ce qui est écrit : on tombe tous, sou­vent, et c’est la seule cer­ti­tude, le ski, c’est la chute, et la chute, c’est aussi le ski. Alors, prof­i­tons-en, et sa­chons ap­précier aussi ces mo­ments de doute, de peur, et d’in­cer­ti­tude. Car le ski, c’est la vie !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.