Engelberg

Ski Magazine - - Sommaire - Texte Pho­tos Ro­main Nos­bonne)

La belle Suisse dis­crète

Engelberg est une sta­tion mythique, une des grandes sur la carte du ski mon­dial. Et pour­tant les lo­caux pour­ront vous par­ler de leur « pe­tite » sta­tion. Car par son nom­bre de kilo­mètres de piste (82 km of­fi­ciels), elle est bien loin der­rière les géants eu­ropéens. Mais ce qui compte ici, c’est la ver­ti­cal­ité, et les pos­si­bil­ités hor­spiste. Et si on parle de li­aisons et d’agran­disse­ment depuis des dé­cen­nies, il se pour­rait que les choses changent bi­en­tôt... (traduit de l’anglais par es grains de poivre sur une feuille blanche, groupés en haut d’une pente im­mac­ulée dont on a du mal à pren­dre la mesure. Des oiseaux peut-être ? Des pe­tits cail­loux ? Soudain, ils se met­tent en mou­ve­ment. Des skieurs ! Ils de­scen­dent une pente qui, vue de la cab­ine où je me trouve, m’avait paru être une piste as­sez large, mais je réalise tout à coup qu’il s’agit en fait de la plus grande pente vierge que j’ai pu voir dans une sta­tion de ski. Bi­en­v­enue au Laub, bi­en­v­enue à Engelberg, Suisse. On ressent un choc pro­fond lorsque l’on dé­cou­vre le Laub pour la pre­mière fois. 1000 mètres de pente régulière à 35 de­grés, mar­qués par quelques on­du­la­tions et of­frant des cen­taines de lignes pos­si­bles aux skieurs qui s’y aven­turent. Si­tué der­rière une épaule sans nom bien en dessous du Titlis, le som­met prin­ci­pal d’Engelberg, on ac­cède au Laub de la manière la plus facile qui soit, en une minute et par une piste damée. Il est dur d’imag­iner com­ment on pour­rait ren­dre le hors-piste en­core plus sim­ple. La seule de­scente com- para­ble desservie par une re­mon­tée mé­canique que je con­naisse se trouve à Flims, dans le sud-est de la Suisse. Ap­pelé Fil de Cas­sons, c’est une rampe com­pa­ra­ble au Laub, d’ac­cès très rapide, mais en re­vanche beau­coup plus courte et ori­en­tée au sud. Et de toute façon, lorsque la vieille télé­cab­ine est ar­rivée en bout de course il y a quelques an­nées, per­sonne n’a cru bon de la rem­placer. Bye-bye, Fil de Cas­sons. À Fi­esch, près de Zer­matt, on trouve aussi une mag­nifique pente de ce type, qui de­scend jusqu’au pied du glacier d’Aletsch, mais c’est plus court et on ne l’at­teint qu’après une heure et demie de mon­tée. En re­joignant l’Hô­tel Span­nort, à pied depuis la gare, dans une lu­mière cha­toy­ante de fin d’après-midi, nous pas­sons de­vant un mélange de ma­g­a­sins mod­ernes, d’hô­tels du 19e siè­cle et de maisons plus ur­baines. En quelques in­stants, nous dé­posons notre matériel dans la pièce prévue à cet ef­fet, in­stal­lons nos chaus­sures sur le rack chauf­fant et nous retrou­vons dans le sa­lon privé de l’hô­tel en com­pag­nie du pro­prié­taire Ste­fan

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.