DU HORS- PISTE

SI, À LA LEC­TURE DE CE TITRE, DE NOM­BREUSES MÉ­PRISES SONT POS­SIBLES, JE VOUS RAS­SURE, IL N’EST ICI, AB­SO­LU­MENT PAS QUES­TION DE DÉ­MO­CRA­TIE, NI DES DROITS DE L’HOMME, NI DES QUES­TIONS IS­RAÉ­LO- PA­LES­TI­NIENNES NI DE QUEL­CONQUES QUE­NELLES.

Skieur Magazine - - La Une -

PLAI­DOYER CONTRE LA DÉ­MO­CRA­TI­SA­TION

Ce­pen­dant, cette dé­mo­cra­ti­sa­tion, fille de dé­mo­cra­tie, s’est in­si­dieu­se­ment dé­ve­lop­pée par­tout. Même là où nous n’en avons pas be­soin et où elle peut de­ve­nir pénible voire dé­tes­table et même dan­ge­reuse, je parle évi­dem­ment du ski et sur­tout du ski en pou­dreuse.

ÉTRAN­GERS !

Qui n’a ja­mais été sur­pris ces der­nières an­nées de re­trou­ver du monde dans son « jar­din se­cret » , des per­sonnes étran­gères, en­ten­dez par là qui n’ont rien à faire là car n’ont pas le ni­veau. J’en vois dé­jà cer­tains qui me taxent de fas­ciste du ski hors- piste. S’il faut en pas­ser par là, alors oui, ou plu­tôt j’as­sume une forme d’ex­tré­misme car il y a des gens à qui la dé­mo­cra­ti­sa­tion fait perdre tout sens com­mun et/ ou rend trop confiant. La dé­mo­cra­ti­sa­tion du ma­té­riel, celle des skis larges, des ac­cès di­rects à la peuf, est aus­si celle de l’ac­cès à l’ava­lanche, mais aus­si celle qui fait que vous me faites chier, que je vais avoir beau­coup moins de temps pour tra­cer pé­nard, dé­jà que c’était la guerre pour avoir de la vierge ! Oui, comme nos chers et dé­funts mo­narques, je me re­ven­dique du droit di­vin, et même du droit de cuis­sage ! Mes pa­rents m’ont fait naître à la neige, j’y ai vé­cu et y vis en­core : je suis donc chez moi. Alors, comme tout prince au de­ve­nir de roi, je suis prio­ri­taire sur la vierge, n’en dé­plaise aux gueux. Pour la masse des nou­veaux ar­ri­vants, ces nou­veaux bour­geois pour­fen­deurs d’aris­to­crates free­ri­deurs, « les nou­veaux dé­mo­cra­ti­sés » , « les Dan­ton de la pow­pow » , mé­fiez- vous de ne pas vous faire cou­per la tête. Cette dé­mo­cra­tie nou­velle, ac­quise sous les as­sauts d’une ré­vo­lu­tion tech­no­lo­gique, pour­rait se re­tour­ner contre vous. Faut- il vous rap­pe­ler que la Ré­vo­lu­tion fut sui­vie de la fa­meuse pé­riode de la Ter­reur ? Cette ter­reur pour­rait bien poindre le bout de son nez via nos mé­dias si prompts à s’em­pa­rer du moindre ac­ci­dent pour bran­dir le spectre de l’hy­per ré­gle­men­ta­tion, voire de l’in­ter­dic­tion pure et simple. Re­gar­dez dans quelle si­tua­tion se re­trouve la sta­tion de Mé­ri­bel à cause de l’ac­ci­dent de Mi­chaël Schu­ma­cher ? Les marques de skis, qui sont les pre­mières à dé­mo­cra­ti­ser le ma­té­riel, se trouvent dans une lo­gique com­mer­ciale lo­gique mais idéo­lo­gi­que­ment, est- ce réel­le­ment po­si­tif ?

« ALORS LA DÉ­MO­CRA­TI­SA­TION EST

MAIS ELLE EST IN­DIS­SO­CIABLE

Mat­thieu Cour­tois, skieur pas­sion­né, tes­teur, pho­to­graphe et di­rec­teur de la so­cié­té de pro­duc­tion Simple Things, re­vient à la plume après son dé­sor­mais fa­meux « J’aime pas Whist­ler ! » .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.