VOS MEILLEURS SPOTS DE POUDRE

Skieur Magazine - - La Une -

RÉA­LI­SÉ SUR SKIEUR. COM À CHE­VAL SUR LES MOIS DE DÉ­CEMBRE ET JAN­VIER, CE SON­DAGE NE VOUS A PAS INS­PI­RÉ DES MASSES, COMME ON POU­VAIT S’Y AT­TENDRE QUI A EN­VIE DE PAR­TA­GER SES COINS À CHAM­PI­GNONS? ON PEUT DONC AF­FIR­MER QUE LES LEC­TEURS DE SKIEUR. COM SONT BIEN DES CHIENS POUR QUI IL N’Y A PAS D’AMIS LES JOURS DE POU­DREUSE. TANT MIEUX…

Heu­reu­se­ment, une pe­tite cen­taine d’in­ter­nautes a bien vou­lu jouer le jeu en rem­plis­sant le ques­tion­naire qui de­man­dait de ci­ter trois spots dans trois sta­tions, en ar­gu­men­tant le choix évi­dem­ment. Dans cette masse, bien des sta­tions sont ci­tées mais quelques- unes sortent du lot, sans sur­prise ce­la dit. On peut noter qu’au- de­là de la réa­li­té de la qua­li­té de ces spots, il y existe clai­re­ment un phé­no­mène d’au­to- al­lu­mage qui fait qu’une ré­pu­ta­tion, c’est au moins aus­si puis­sant qu’un tsu­na­mi. L’évo­ca­tion d’un sou­ve­nir ne tient pas de la ri­gueur scien­ti­fique et il semble plus fa­cile, ou plus ré­con­for­tant, de se ré­fé­rer aux va­leurs sûres plu­tôt que de jouer l’ori­gi­na­li­té, le dé­ca­lage, bref, le pe­tit spot où l’on se gave sans sou­ci, sans trop ba­tailler pour tra­cer… Dans les va­leurs sûres, on trouve en pre­mière place les éter­nels Grands Mon­tets à Cha­mo­nix ( Ar­gen­tière…) et la Grave- La Meije. Dif­fi­cile de dé­ni­grer cette hié­rar­chie qui né­ces­site ce­pen­dant une bonne ex­pé­rience du spot pour pou­voir en pro­fi­ter plei­ne­ment car les Val­lons ou Chan­cel trans­for­més en champ de bosses, c’est tou­jours aus­si beau mais pour rê­ver de « cham­pagne powder » , ce n’est pas l’ex­tase… Pour ac­cé­der aux va­riantes, mul­tiples, il s’agit en re­vanche de sa­voir où l’on met les spa­tules, idem aux Grands où, sor­ti des quelques pentes évi­dentes mais si vite tra­cées, les choses se com­pliquent net­te­ment. Reste que dans ces deux spots sont ma­gni­fiés par la ma­gie de la haute mon­tagne, cette pré­sence un peu in­quié­tante et op­pres­sante des gla­ciers mê­lés au gra­nite qui fait se sen­tir plei­ne­ment vi­vant. Là- bas, on n’est pas au som­met d’une mon­tagne, comme souvent en sta­tion de ski, mais au coeur de la haute mon­tagne. Rien à voir. No­tez que les qua­li­tés les plus fré­quem­ment ci­tées par les in­ter­nautes pour ces deux spots sont la qua­li­té de la neige, la di­ver­si­té des lignes et la pente raide, preuve que l’on a af­faire à de bons skieurs qui ne s’en tiennent pas seule­ment aux iti­né­raires « ba­li­sés » . Je passe ra­pi­de­ment sur les Gre­no­blois et les Cham­bé­riens qui ont cité les 7 Laux ( comme d’hab…), sou­ve­nirs mê­lés de leurs an­nées d’études sy­no­nymes de meilleures sai­sons de ski ( voir Skieur Ma­ga­zine n° 105), et in­con­tour­nables Val d’Isère, Tignes et Serre Che­va­lier et quelques autres sta­tions at­ten­dues dans ce son­dage, pour m’in­té­res­ser da­van­tage aux quelques spots plus ori­gi­naux qui, mal­gré tout, sont ci­tés plu­sieurs fois. À com­pa­rer de la taille de la sta­tion, et donc au pro­ra­ta du nombre de jour­nées skieur, cette ré­cur­rence s’avère même re­mar­quable. À ce jeu, c’est Val­fré­jus et Vars qui s’en sortent le mieux, deux sta­tions dis­crètes mais re­con­nues des spé­cia­listes et des cher­cheurs de poudre, pour deux rai­sons ma­jeures. D’abord, l’une comme l’autre ne brillent pas pour leur ac­ces­si­bi­li­té, même si pa­ra­doxa­le­ment, l’au­to­route ne s’ar­rête pas loin, près de Gap pour Vars et car­ré­ment à Mo­dane pour Val­fré­jus. Il s’agit da­van­tage pour Val­fré­jus de l’at­trac­tion fa­tale qu’a la Ta­ren­taise sur les skieurs al­lant en di­rec­tion de Boug St Mau­rice, voire pour ceux en­ga­gés sur l’Au­to­route de Mau­rienne, la pos­si­bi­li­té

« CA­CHOT­TIERS QUE VOUS ÊTES, VOUS AVEZ PRÉ­FÉ­RÉ GAR­DER VOS SPOTS SECRETS PLU­TÔT QUE DE PAR­TA­GER… RES­TENT DEUX STA­TIONS QUI MÉ­RITENT D’ÊTRE PLUS CONNUES : VARS ET VALCENIS, DEUX SPOTS QUI SORTENT À JUSTE RAI­SON LEUR ÉPINGLE DU JEU. »

al­lé­chante de s’ar­rê­ter aux Sy­belles ou à Orelle, pour re­joindre Val Tho­rens, alors que Vars est fa­ci­le­ment at­tei­gnable que par les Mar­seillais, qui ne s’en plaignent d’ailleurs pas. Pour­tant, dans l’une comme dans l’autre, on re­trouve un en­nei­ge­ment plu­tôt bon puis­qu’elles se nour­rissent de l’Ouest gé­né­reux mais pro­fitent plei­ne­ment des re­tours d’est, trop ex­clu­sifs pour dé­pas­ser les fron­tières géo­gra­phiques. En prime, les deux pro­posent un do­maine glo­ba­le­ment orien­té au nord, ce qui pas plus mal pour la qua­li­té de neige qui nous in­té­resse… Bref, si ces deux sta­tions ont tout d’une grande, elles de­meurent moins cou­rues que d’autres ( sur­tout pour Val­fré­jus car Vars fait souvent salle comble). Pour­tant, peu vont tra­cer la longue crête de l’Eys­si­na ( qua­rante- cinq mi­nutes d’ef­fort mini), ter­rain de jeu qua­si in­fi­ni, à la fois raide et ou­vert, bref, le top. À Val­fré­jus, le val­lon de Pra Dieu ou le Pe­tit Val­lon de­meurent des ré­fé­rences dans cette sta­tion où les lignes foi­sonnent mais où les pis­teurs ali­mentent une page Fa­ce­book qui de­vrait ser­vir de ré­fé­rence : in­for­ma­tion, bonne hu­meur et pas­sion de ski, voi­là qui fait plai­sir à voir… et à lire. Ces deux sta­tions sont des éten­dards dé­fen­dant la di­ver­si­té du ski, deux en­droits qui rap­pellent que bien peu de skieurs peuvent se tar­guer d’avoir crayon­né les pistes ( et les alen­tours) de la ma­jo­ri­té des sta­tions fran­çaises et donc, d’avoir un avis ob­jec­tif sur la qua­li­té de ski pro­po­sé. Les condi­tions à l’ins­tant T fe­ront tou­jours la dif­fé­rence et mieux vaut skier une pente moyenne que de res­ter au pied de la benne des Grands Mon­tets, parce que les condi­tions in­ter­disent l’ou­ver­ture du do­maine. Reste que vos ré­ponses, même moins nom­breuses que d’ha­bi­tude, dé­montrent la com­plexi­té de notre quête, donc de sa ma­gie qui opère tou­jours au­tant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.